Le marché de l’emploi recule encore au Québec

Le taux de chômage au Québec a augmenté de 0,6 point de pourcentage le mois dernier pour atteindre 5,6%, à la suite d’une hausse du nombre de personnes à la recherche de travail.
Photo: Olivier Zuida Archives Le Devoir Le taux de chômage au Québec a augmenté de 0,6 point de pourcentage le mois dernier pour atteindre 5,6%, à la suite d’une hausse du nombre de personnes à la recherche de travail.

Le Québec enregistre un recul de l’emploi pour un deuxième mois consécutif. La baisse a été particulièrement ressentie en novembre, poussant le taux de chômage québécois au même niveau que celui de l’Ontario.

L’économie québécoise a affiché une perte nette de 45 100 emplois le mois dernier, le recul se mesurant tant dans le temps plein (-32 700) que le temps partiel (-12 400). Le taux de chômage a ainsi augmenté de 0,6 point pour s’établir à 5,6 %, rejoignant le taux ontarien. Ce dernier est passé de 5,3 à 5,6 % malgré une création de 15 400 emplois dans cette province, reflétant un nombre accru de personnes se disant à la recherche de travail. Le repli de novembre au Québec s’ajoutait à celui de quelque 9500 postes comptabilisés en octobre.

« Novembre prend des allures de refroidissement brutal », a commenté Joëlle Noreau. L’économiste principale au Mouvement Desjardins d’ajouter : « Cette accalmie du marché du travail ne surprend pas outre mesure » compte tenu de la performance économique plutôt vigoureuse qui se manifeste ici. « L’ampleur qu’elle a prise au Québec en novembre pourrait être atténuée dans les prochains mois. »

 
5,6 %
C’est le taux de chômage actuel au Québec, en hausse de 0,6 point.

L’institut de la statistique du Québec (ISQ) souligne qu’après 11 mois, l’emploi est en hausse de 74 200 ou de 1,7 % par rapport à la période correspondante de 2018, fixant à 5 % le taux de chômage moyen depuis le début de 2019. « Le bilan depuis un an est un ajout de 44 900 travailleurs (+1 %), ce qui représente un gain mensuel moyen de 3742 emplois dans un contexte de rareté, voire de pénurie de main-d’oeuvre », a renchéri Joëlle Noreau.

Au Canada

À l’échelle canadienne, l’emploi a diminué de 71 200 entre octobre et novembre, ajoutant 0,4 point au taux de chômage, qui s’établit désormais à 5,9 %, son niveau le plus élevé depuis août 2018. « Par rapport à novembre 2018, l’emploi a progressé de 293 000 [+1,6 %], et cette croissance est largement attribuable au travail à temps plein », a souligné Statistique Canada.

Matthieu Arseneau, chef économiste adjoint à la Banque Nationale, dit du recul de l’emploi au Canada qu’il est le pire repli depuis la récession en novembre. « L’ampleur de la baisse provoquée par une détérioration dans le secteur privé était surprenante, particulièrement parce qu’elle s’est produite à un moment où les incertitudes mondiales avaient un peu diminué. Nous serions plus inquiets si ce repli ne faisait pas suite à une progression exceptionnelle toute l’année. » Il s’en remet aux 285 000 emplois créés depuis le début de l’année, « la deuxième meilleure performance pendant les dix années d’expansion », quelque 86 % de ces nouveaux emplois étant à temps plein.

Bas historique aux États-Unis

La performance était tout autre au sud de la frontière. Le marché du travail américain a enregistré une création de 266 000 emplois le mois dernier, poussant le taux de chômage à son bas vieux de 50 ans de 3,5 %. La réaction du président américain Donald Trump était attendue : « EXCELLENT RAPPORT SUR L’EMPLOI ! », a tweeté l’hôte de la Maison-Blanche. Et ce, même si la statistique vient appuyer la décision du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, de maintenir le statu quo en matière de taux d’intérêt directeur. Du point de vue salarial, sur douze mois, le salaire horaire moyen s’inscrit en hausse de 3,1 %, soit au-dessus de l’inflation (+1,8 % sur un an), a ajouté le département du Travail.

Surtout, ces chiffres solides montrent que, malgré le net coup de frein du secteur manufacturier depuis le début de l’année, l’activité de la première économie mondiale résiste mieux que ne l’anticipaient nombre d’économistes, et ce, en dépit de l’incertitude persistante créée par les frictions commerciales entre les États-Unis et la Chine, relève l’Agence France-Presse. Il reste qu’en moyenne depuis le début de l’année, l’économie américaine a créé 180 000 emplois chaque mois, contre 223 000 créations mensuelles en 2018.