L’entente entre les Teamsters et le CN entraîne son lot de questions

La fin du débrayage des 3200 syndiqués des Teamsters entraînera dès mercredi matin un début de retour à la normale dans le réseau du CN.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La fin du débrayage des 3200 syndiqués des Teamsters entraînera dès mercredi matin un début de retour à la normale dans le réseau du CN.

L’annonce d’une entente de principe entre le Canadien National et les Teamsters a eu pour effet d’apporter un soulagement de part et d’autre mardi, mais aussi de susciter une réflexion sur les façons d’éviter des dommages collatéraux dans le futur, notamment parmi les agriculteurs, où l’on dépend du transport de propane en période de récolte. Faut-il revoir la législation ? Faut-il stocker davantage de propane ?

Il faudra encore plusieurs semaines pour connaître le résultat du vote, mais, dans l’immédiat, la fin du débrayage des 3200 syndiqués entraînera dès mercredi matin un début de retour à la normale après sept jours de grève, une semaine qui a semé l’inquiétude dans plusieurs milieux, dont celui des producteurs de grains et des entreprises.

« C’est sûr que c’est une étape importante pour le réapprovisionnement en propane pour l’ensemble des agriculteurs, mais ça ne garantit pas que cet après-midi ou demain on va être réapprovisionnés de façon correcte et suffisante pour procéder à la continuation de nos récoltes », a dit en mêlée de presse le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek. Les fermes s’en servent entre autres pour faire sécher le grain. « Il y a 3000 entreprises familiales qui vivent des heures difficiles présentement parce qu’elles n’ont pas accès à l’énergie pour procéder à leur récolte. »

Pertes potentielles

Il y aurait encore pour 300 millions de récoltes encore aux champs, et M. Overbeek a prédit que certaines fermes ne survivront pas à l’année 2019. Sans pouvoir déterminer pour l’instant l’ampleur de l’aide qui sera demandée à Québec, il a souligné certains enjeux financiers de base. Entre autres, la franchise que les producteurs doivent payer avant de recevoir une indemnisation est trop élevée, selon lui.

Une opération de « réapprovisionnement » aura lieu dès mercredi, a indiqué l’Association québécoise du propane, en précisant que « la production agricole animale et les séchoirs à grains qui sont présentement en situation critique figurent en haut de la liste des priorités ». Vendredi dernier, les Teamsters avaient accusé le CN d’avoir pris une « décision d’affaires » en freinant les livraisons de ce produit afin de « créer une crise » et de forcer l’adoption d’une loi spéciale.

Les détails de l’entente ne sont pas connus, mais l’annonce a été accueillie très positivement parmi les grévistes qui s’étaient réunis pour manifester tôt mardi matin en face du siège social du CN, au centre-ville de Montréal. Le gouvernement fédéral s’est également réjoui de l’annonce.

Le président des Teamsters pour l’est du Canada, Alain Gatien, a dit à la presse avoir « bon espoir » qu’un vote positif soit exprimé. « Ça fait deux jours qu’on ne dort pas. » La convention collective des 3200 chefs de train et membres d’équipes de manoeuvre est échue depuis le 23 juillet dernier.

Absence de loi spéciale

Les Teamsters ont remercié le gouvernement fédéral de ne pas avoir adopté de loi spéciale pour forcer un retour au travail. Tant à Québec que dans le milieu des affaires, certains avaient fait valoir dans les derniers jours qu’une absence de progrès dans les discussions devrait nécessairement aboutir à une telle loi pour éviter des conséquences négatives sur l’économie.

« Les gouvernements précédents violaient régulièrement le droit de grève des travailleurs dans l’industrie ferroviaire. Ce gouvernement est demeuré calme et s’est efforcé d’aider les parties à conclure une entente, et cela a fonctionné », a déclaré le président de Teamsters Canada, François Laporte.

De son côté, le p.-d.g. du CN, Jean-Jacques Ruest, a remercié les clients pour leur patience tout en soulignant le travail des employés « qui ont contribué à faire circuler les trains à capacité réduite de façon sécuritaire », une référence aux 1800 ingénieurs de locomotive couverts par une autre convention collective et à 600 superviseurs.

Bilan à faire

« C’est certainement une très bonne nouvelle », a dit le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, qui a rencontré les groupes d’agriculteurs avec la Financière agricole. Invité à dire si Québec allait offrir une aide financière, le ministre a répondu que la rencontre visait d’abord à faire l’état des lieux. « L’objectif, c’est qu’on collabore et qu’on apporte le meilleur soutien possible aux producteurs de grains. » Une fois que tout sera terminé, a-t-il dit, « il y aura certainement un post mortem. Il y a des leçons qui vont être apprises au niveau des distributeurs, de ceux qui nous alimentent ».

Sur la réflexion à mettre en oeuvre, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a estimé qu’il faudra des mesures de mitigation. « Est-ce que c’est augmenter le volume en stockage pour nous permettre de tenir pendant trois semaines à plein volume ? On va travailler là-dessus. »

Ottawa a du pain sur la planche, a estimé de son côté le Conseil du patronat du Québec. « Le gouvernement fédéral doit revoir la législation fédérale en matière de relations de travail applicable dans les domaines névralgiques économiques et sociaux où il n’existe pas de fournisseurs alternatifs disponibles, notamment dans un contexte où un Parlement ne peut siéger, comme ce fut le cas cette fois-ci », a écrit l’organisation. « Le CPQ demande à tous les paliers de gouvernement de mettre en place rapidement des mesures concrètes afin de s’assurer qu’une situation semblable ne se reproduise pas. »

« La situation va se régulariser graduellement, mais il y a déjà lieu d’entamer une réflexion sur le fil des événements et les responsabilités de tout le monde. Une telle situation ne doit plus jamais se reproduire. C’est une question à la fois économique et de sécurité alimentaire », a dit le président de l’Union des producteurs agricoles, Marcel Groleau.

Fatigue du personnel

Parmi les enjeux soulevés par la partie syndicale figuraient les quarts de travail. Les Teamsters ont publié lundi un enregistrement dans lequel on entend un va-et-vient entre un superviseur et un chef de train se disant trop fatigué pour continuer à travailler. « C’est vraiment pas financier, c’est plus au niveau des droits de repos », a dit un chef de train qui manifestait devant le siège du CN mardi matin.

La compagnie a déjà affirmé qu’elle « ne demande jamais à un membre du personnel de travailler de façon non sécuritaire » et que « tout employé éprouvant de la fatigue ou inquiet pour sa sécurité a la responsabilité de le signaler et doit utiliser d’autres méthodes pour exécuter ses tâches en toute sécurité ».