Christine Lagarde prend les rênes de la BCE

Christine Lagarde et Mario Draghi, le 28 octobre dernier
Photo: Boris Roessler Associated Press Christine Lagarde et Mario Draghi, le 28 octobre dernier

Christine Lagarde a pris officiellement vendredi la présidence de la Banque centrale européenne, succédant à l’Italien Mario Draghi, a annoncé l’institut monétaire. La Française « a été nommée par le Conseil européen du 18 octobre 2019 pour un mandat de huit ans », indique la BCE dans un communiqué. Mme Lagarde, première femme à prendre la présidence de l’institut depuis son lancement en 1998, a connu une ascension professionnelle rythmée par les crises vécues à la tête du ministère de l’Économie français (2007-2011), puis au Fonds monétaire international (2011-2019).

Novice en politique monétaire, elle s’élance au moment où la BCE démarre ce 1er novembre un nouveau programme controversé de rachats de dette sur le marché, le « QE » approuvé en septembre par un conseil des gouverneurs très divisé sur la question. La BCE va racheter 20 milliards d’euros par mois d’obligations publiques et privées de manière à soutenir l’économie en manque de souffle et l’inflation atone, et ce, aussi longtemps que nécessaire.

Mme Lagarde a déjà déclaré en septembre vouloir faire évoluer l’institut, en mettant davantage l’accent sur l’égalité des sexes, l’action pour le climat et une communication dépoussiérée de son langage technocratique.

Il reviendra surtout à la Française de poursuivre une politique monétaire très expansive après des années de crise, en ayant amené les taux à leur plus bas niveau historique pour s’attirer de fortes critiques. En Allemagne, le quotidien populaire Bild a affublé en septembre M. Draghi du masque de « Draghila », le comte qui siphonne les comptes des épargnants. La nouvelle patronne de la BCE a, elle, envoyé mercredi au micro de RTL un message fort à l’Allemagne et à d’autres pays en excédent budgétaire qui « n’ont pas vraiment fait les efforts nécessaires » pour consolider une croissance fragile, pendant que les banques centrales « ont fait leur boulot ».