La Fed baisse ses taux d’intérêt pour la troisième fois cette année

Les dépenses de consommation gardent l’économie américaine à flot, pour l’instant.
Photo: Joshua Lott Archives Getty Images/AFP Les dépenses de consommation gardent l’économie américaine à flot, pour l’instant.

La Réserve fédérale des États-Unis a de nouveau baissé légèrement les taux d’intérêt mercredi, pour la troisième fois d’affilée, dans un effort pour soutenir la croissance américaine qui ralentit.

Le comité monétaire de la Fed a décidé une baisse d’un quart de point de pourcentage (0,25 %), fixant les taux dans la fourchette de 1,50 % à 1,75 %.

C’est la troisième baisse des taux au jour le jour en trois mois, mais dans son communiqué, la Fed ne promet plus formellement « d’agir pour soutenir l’expansion », ce qui pourrait signifier une pause dans l’évolution des taux à venir.

L'annonce survient la même journée que l'annonce par le département du Commerce des chiffres sur la croissance économique du pays, qui a légèrement ralenti cet été, affichant un taux de 1,9 %.

La croissance du produit intérieur brut (PIB), soit la production totale de biens et de services de l’économie, pour la période de juillet à septembre, a été légèrement inférieure au taux de croissance de 2,0 % enregistré au deuxième trimestre.

Les économistes s’attendaient à un ralentissement beaucoup plus important, craignant que le PIB n’avance que de 1,4 % ou moins, en raison de plusieurs obstacles.

Néanmoins, l’augmentation du PIB était bien inférieure aux augmentations de plus de 3,0 % que le président Donald Trump a fixées comme référence pour démontrer que ses politiques réussissent à propulser l’économie au-delà de la croissance modeste de 2,2 % enregistrée pendant les années où Barack Obama était président.

Les dépenses de consommation, qui représentent 70 % de l’activité économique du pays, ont progressé à un taux de 2,9 % au troisième trimestre, mais elles ont néanmoins ralenti après avoir grimpé de 4,6 % au deuxième trimestre.

Certains signes montraient que la guerre commerciale avec la Chine et la faible croissance mondiale avaient un impact, car les entreprises ont réduit leurs dépenses d’investissement pour un deuxième trimestre consécutif, face à l’incertitude croissante. Les investissements des entreprises en structures ont plongé de 15,3 % au troisième trimestre, après avoir enregistré une baisse de 11,1 % au deuxième trimestre.