Le bénéfice d’Air Canada recule

Air Canada a supprimé le 737 MAX de ses horaires de vol au moins jusqu’au 14 février.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Air Canada a supprimé le 737 MAX de ses horaires de vol au moins jusqu’au 14 février.

Air Canada a l’intention d’embaucher 350 pilotes l’an prochain, en prévision de la reprise du service de ses avions Boeing 737 MAX, dont l’interdiction de vol continue de peser sur la plus grande ligne aérienne du pays.

Le chef de la direction du transporteur, Calin Rovinescu, a souligné qu’il faudrait peut-être attendre jusqu’à un an après la levée de l’interdiction de vol avant de pouvoir profiter de la mise en service des 50 avions de ligne MAX, soit vers la mi-2020. « C’est un processus qui sera effectivement progressif. Cela ne se fait pas du jour au lendemain », a-t-il expliqué.

M. Rovinescu a évoqué mardi de « graves perturbations visant nos activités, notre structure de coûts et notre rentabilité », attribuables à l’immobilisation au sol, depuis maintenant 8 mois, des 24 avions MAX de sa flotte et de 12 autres avions qui devaient être livrés à la mi-2019. « Le retrait de 36 avions 737 MAX, soit environ 24 % de notre flotte à fuselage étroit, de notre calendrier pendant la haute saison estivale a eu des conséquences néfastes », a-t-il souligné, mardi, lors d’une conférence téléphonique avec les analystes. Air Canada a supprimé le MAX de ses horaires de vol au moins jusqu’au 14 février.

Même si Air Canada a couvert plus de 95 % des vols prévus au troisième trimestre, elle a été contrainte de louer deux Airbus A330, en plus de prolonger la location d’appareils Airbus A320 et Embraer 190, moins économes en carburant que le MAX 8.

Les 12 appareils MAX non livrés sont installés sur des lots de Boeing, retardant ainsi l’embauche de pilotes par Air Canada — la société compte actuellement environ 400 pilotes MAX, relégués à la formation pour le moment. Quatorze autres MAX 8 devaient être livrés au cours du premier semestre 2020, mais leur arrivée pourrait maintenant être repoussée. La société sera en mesure de retirer environ 15 avions de sa flotte au cours des 12 à 15 prochains mois, en plus des deux A330, a estimé le directeur financier, Michael Rousseau.

24
C’est le nombre d’avions MAX de Boeing qu’a Air Canada dans sa flotte.

Air Canada a réitéré ses prévisions financières, qui avaient été suspendues en mars en raison de l’incertitude entourant les avions 737 MAX. Le transporteur prévoit ainsi une marge bénéficiaire ajustée de 19 % et un objectif de flux de trésorerie disponibles compris entre 1,3 milliard et 1,5 milliard pour l’exercice.

Le bénéfice net a diminué de 9 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 636 millions au cours du trimestre clos le 30 septembre. Les revenus ont chuté de 3 % à 5,53 milliards. Sur une base ajustée, le bénéfice par action a atteint 2,27 $, contre 2,10 $ un an plus tôt.

L’incidence de l’interdiction de vol a donné lieu à un recul de 2,1 % de la capacité offerte pour l’ensemble du réseau au lieu de la croissance prévue d’environ 3 %.

Il a « occasionné une hausse des coûts liés aux appareils de remplacement, et du maintien des charges d’exploitation courantes, notamment la dotation aux amortissements et les charges salariales liées aux pilotes, qui continuaient d’être engagées ».

Si la société a vu sa capacité diminuer sur une base annuelle pour la première fois depuis plusieurs années, elle prévoit une croissance de 3 % au quatrième trimestre, a affirmé la directrice commerciale, Lucie Guillemette.