Lourde perte pour le producteur Hexo

Hexo a mis à pied 200 employés la semaine dernière, invoquant des enjeux de rentabilité et de stabilité.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Hexo a mis à pied 200 employés la semaine dernière, invoquant des enjeux de rentabilité et de stabilité.

La perte nette trimestrielle du producteur de cannabis Hexo s’est alourdie depuis l’an dernier, mais l’entreprise gatinoise a insisté mardi sur la forte croissance des revenus en estimant avoir bien joué ses cartes pour s’installer comme un des principaux fournisseurs au Canada. Dans ce contexte, de nombreux acteurs disparaîtront, prédit la compagnie.

Hexo, qui fait partie d’un groupe ayant signé les premiers contrats d’approvisionnement avec la Société québécoise du cannabis en 2018, a enregistré une perte nette de 56 millions au cours du quatrième trimestre terminé le 31 juillet, soit cinq fois plus que les 10,5 millions de l’an dernier.

Ses revenus nets ont atteint 15,4 millions, comparativement à 1,4 million l’an dernier, tandis que le prix du gramme de cannabis vendu s’est établi à 4,74 $, en baisse par rapport à 5,29 $ au printemps. Pour l’ensemble de l’exercice, la perte nette est de 81,6 millions.

La croissance des revenus d’Hexo depuis la légalisation du cannabis récréatif est un phénomène qui « ne peut pas passer inaperçu et témoigne de la résilience et de la capacité de la société à faire face à l’incertitude », a affirmé son président et cofondateur, Sébastien St-Louis.

Forte croissance

« Ce que l’on tend à oublier, c’est qu’on est passé de 5 millions de revenus [sur une base annuelle] à 50 millions. C’est dix fois plus », a dit M. St-Louis lors d’une conférence téléphonique avec des analystes financiers, qui ont multiplié les questions. « Malgré la triste nouvelle la semaine dernière, lorsqu’on a dû laisser aller 200 employés, nous avons encore 1000 employés, des gens dévoués qui déplacent des montagnes pour concevoir les nouveaux produits, les nouvelles technologies. C’est un marché de 1 milliard aujourd’hui et il se dirige vers sa cible de 7 milliards. »

La compagnie a justifié les mises à pied du 24 octobre en invoquant des enjeux de rentabilité et de stabilité. Le directeur de la fabrication et le directeur du marketing font partie de ceux qui ont quitté la compagnie. Hexo a dit vouloir « ajuster » la taille de l’entreprise « aux revenus attendus en 2020 ».

Quand une analyste a évoqué la pression sur les prix et demandé à la direction de dire si certains éléments de la stratégie ne portent pas leurs fruits, M. St-Louis a répondu que, « dans une perspective plus large, ce qu’il est important de retenir, c’est que la compagnie a maintenu sa part de marché ». Dans le réseau de la SQDC, celle-ci est de 33 %, selon la compagnie.

56 millions
C’est la perte nette qu’a enregistrée Hexo au cours du quatrième trimestre terminé le 31 juillet, soit cinq fois plus que les 10,5 millions de l’an dernier.

Selon les estimations d’un analyste de Valeurs mobilières Desjardins, John Chu, la perte avant impôts, intérêts et amortissements s’est établie à 29,6 millions au cours du trimestre, près de trois fois ce qu’il avait prévu (11,8 millions). Il a également mentionné la dépréciation de 16,9 millions appliquée aux stocks de cannabis.

Qui survivra ?

« Le défi pour les investisseurs, ce n’est pas de savoir si le cannabis sera une grosse industrie ou non. Nous le savons, c’est assez clair. C’est plus lent que ce que nous avions prévu, mais le cannabis ne disparaîtra pas », a dit M. St-Louis aux analystes. Ce qui est moins clair, selon lui, c’est le sort exact des 150 producteurs canadiens, c’est-à-dire « lesquels seront Amazon et lesquels seront Pets.com », a-t-il dit, en faisant allusion aux jeunes pousses qui n’ont pas survécu à l’éclatement de la bulle technologique de 1999-2000 par rapport à Amazon qui a percé.

Le nombre de producteurs autorisés pourrait diminuer radicalement au cours de la prochaine année, a estimé M. St-Louis. « Il est presque certain que nous ferons partie des survivants », a-t-il dit, en ajoutant qu’Hexo sera « un des gagnants ».

À la Bourse de Toronto, son titre a terminé la séance en baisse de 3 % à 2,94 $ mardi. Il valait plus de 11 $ il y a six mois.

Le prix moyen du cannabis illégal ne cesse de descendre, selon Statistique Canada. Au cours de l’été, il était de 5,59 $ le gramme. Hexo a dévoilé il y a deux semaines une marque « à prix abordable », Original Stash, afin de gagner des parts de marché. Le contenant de 28 grammes a été mis en vente à 4,49 $ le gramme.