Résultats décevants pour Twitter

L’action plongeait jeudi de plus de 16% dans les échanges électroniques avant l’ouverture de la séance à Wall Street. La chute s’est accélérée pour dépasser les 20% en cours de séance.
Photo: Mark Lennihan Associated Press L’action plongeait jeudi de plus de 16% dans les échanges électroniques avant l’ouverture de la séance à Wall Street. La chute s’est accélérée pour dépasser les 20% en cours de séance.

Twitter a annoncé jeudi, pour le troisième trimestre, un bénéfice et un chiffre d’affaires inférieurs aux attentes, notamment minés par des problèmes publicitaires, mais son nombre d’usagers quotidiens monétisables a augmenté.

L’action plongeait de plus de 16 % dans les échanges électroniques avant l’ouverture de la séance à Wall Street. La chute s’est accélérée pour dépasser les 20 % en cours de séance.

Le bénéfice net a fondu à 36,5 millions $US, ce qui s’est traduit par un bénéfice par action ajusté de 14 ¢US, contre 20 ¢US qui étaient attendus. Le chiffre d’affaires a certes augmenté de 8,7 %, à 823,7 millions, mails il est inférieur aux 874 millions attendus en moyenne. Les revenus publicitaires de Twitter se sont établis à 702 millions, une hausse de 52 millions par rapport à la même période l’an dernier.

Problèmes informatiques

Dans une lettre adressée aux actionnaires, le groupe dit avoir découvert des « bugs » au troisième trimestre, qui ont affecté sa « capacité à faire de la publicité ciblée et à partager des données avec [ses] partenaires publicitaires et les sociétés de mesure ».

 
823,7 M$
C’est le chiffre d’affaires de Twitter au troisième trimestre, en hausse de 8,7%, mais inférieur aux 874 millions attendus en moyenne.

Les résultats publiés jeudi illustrent les défis de Twitter, qui peine à rester au contact de ses rivaux des réseaux sociaux et qui cherche à lutter contre les contenus abusifs et les campagnes de désinformation sur sa plateforme.

Le réseau social a par ailleurs changé son outil de mesure des utilisateurs au deuxième trimestre 2019, calculant désormais les usagers quotidiens « monétisables », dont le nombre atteint 145 millions, soit une hausse de 6 millions au troisième trimestre.