Le producteur québécois de cannabis Hexo élimine 200 postes

L’entreprise établie à Gatineau a notamment justifié sa décision par les ouvertures moins rapides que prévu des boutiques de cannabis, principalement au Québec et en Ontario.
Photo: Adrian Wyld Archives La Presse canadienne L’entreprise établie à Gatineau a notamment justifié sa décision par les ouvertures moins rapides que prévu des boutiques de cannabis, principalement au Québec et en Ontario.

Hexo poursuit son recentrage. Après avoir réduit la voilure il y a deux semaines, le producteur québécois de cannabis retranche le quart de ses effectifs et annonce le départ de ses directeurs de fabrication et de marketing.

Deux semaines après avoir revu à la baisse ses cibles et retiré ses prévisions financières pour 2020, Hexo annonce l’élimination de quelque 200 postes dans ses différents services et sites. Il s’agit du quart des 822 employés recensés en avril dernier.

Le départ des collègues est très pénible, mais je sais que nous avons pris des décisions judicieuses pour assurer la viabilité à long terme d’Hexo Corp

Des effectifs alors cinq fois plus élevés qu’en avril 2018, avant la légalisation du cannabis, auxquels se sont ajoutés 250 emplois après l’acquisition du producteur ontarien Newstrike Brands, officialisée en mai, dans le cadre d’une transaction évaluée à 263 millions. « Les réductions comprennent la suppression de certains postes de direction » ainsi que le départ des directeurs de la fabrication et du marketing, ajoute le communiqué.

« Ce fut ma journée la plus difficile chez Hexo », a écrit Sébastien St-Louis, p.-d.g. et cofondateur de l’entreprise québécoise. « Le départ des collègues est très pénible, mais je sais que nous avons pris des décisions judicieuses pour assurer la viabilité à long terme d’Hexo Corp. » Il estime que ces mesures permettent d’ajuster la taille de l’entreprise aux revenus attendus en 2020, qui s’annoncent plus modestes que les 400 millions (nets des taxes d’accises) anticipés initialement.

Prévisions à la baisse

Le producteur de Gatineau, parmi les principaux fournisseurs de la Société québécoise du cannabis, veut soutenir sa rentabilité et sa stabilité à long terme. « La société rationalise ses activités pour s’adapter à l’évolution des marchés et de la réglementation », affirme-t-elle. Reprenant l’argumentaire présenté il y a deux semaines, Hexo évoque le déploiement plus lent que prévu de produits dans les magasins, le retard marqué par le gouvernement dans l’approbation des produits dérivés du cannabis et des signes précurseurs de pression sur les prix.

« Le retard dans l’ouverture de magasins de détail sur nos principaux marchés a restreint l’accès à la plus grande partie de la clientèle ciblée. De plus, l’imprévisibilité est accrue par l’incertitude régnant sur la réglementation à l’échelle du Canada et les décisions prises par certaines autorités gouvernementales pour limiter la disponibilité et les types de produits dérivés du cannabis », ajoute-t-elle.

 
3,31 $
C’était la valeur de l’action d’Hexo à la clôture de la séance jeudi, en baisse de 20 ¢ ou de 5,7 %.

En retirant ses prévisions pour 2020, Hexo disait alors s’attendre à des revenus nets oscillant entre 46,5 et 48,5 millions pour l’exercice 2019, des résultats plombés par un quatrième trimestre en dessous des attentes en raison d’un taux de vente des produits plus faible que prévu. « Au cours du dernier trimestre, nous avons commencé à redéfinir nos activités afin de nous concentrer sur les souches les plus vendues », avait alors enchaîné M. St-Louis.

Financement

L’annonce de jeudi est venue le lendemain de la conclusion d’une opération de financement invitant des actionnaires à remettre la main dans leurs poches. Le producteur a pu compléter un placement de 70 millions, sous forme de débentures convertibles, auprès d’un groupe d’investisseurs, incluant entre autres Sébastien St-Louis, des administrateurs de la compagnie et d’autres actionnaires. Cette annonce s’ajoute à celle faite au début du mois du départ précipité de son chef de la direction financière, Michael Monahan, qui n’occupait ce poste que depuis mai.

L’action d’Hexo a terminé la séance de jeudi à 3,31 $, en baisse de 20 ¢ ou de 5,7 %, accordant tout de même une capitalisation boursière de plus de 800 millions. Ce cours est en chute libre depuis plus d’un an, affichant un recul de 70 % depuis son sommet de plus de 11 $ atteint le 29 avril 2019.