Deux autres commandes pour l’ex-CSeries d’Airbus

Un Airbus A220 en cours de fabrication à Mirabel, au Québec
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Un Airbus A220 en cours de fabrication à Mirabel, au Québec

Airbus a décroché 14 nouvelles commandes pour l’A220 — l’ancienne CSeries conçue par Bombardier — au cours du mois de septembre, auprès de deux clients dont l’identité n’a pas été dévoilée. La nouvelle a été annoncée lundi par le géant européen, qui a précisé avoir enregistré 41 commandes pour l’ensemble de son portefeuille le mois dernier, en plus de livrer 71 appareils à des clients.

Depuis le début de l’année, le groupe a livré 571 avions et reçu 127 nouvelles commandes nettes. Ce qui porte son carnet de commandes à 7133 appareils, dont 5768 de la famille des A320, 435 A220, 601 A350 et 51 A380.

En ce qui a trait à l’A220, Airbus a obtenu, dans un premier temps, une commande pour 10 appareils A220-100, le plus petit de la famille, alors qu’une autre compagnie a acheté quatre avions A220-300.

Selon les prix du catalogue de 2018 — Airbus n’a pas fait de mise à jour depuis —, la valeur des deux commandes serait d’environ 1,18 milliard $ US. Toutefois, les compagnies obtiennent généralement de généreux rabais. Ces commandes ont été annoncées alors que divers médias rapportaient qu’Ethiopian Airlines pourrait opter pour 20 avions A220-100, tandis que la compagnie aérienne mexicaine Interjet envisagerait de commander 12 avions A220.

Selon le média spécialisé Air Journal et Le360afrique.com, une commande portant sur jusqu’à 20 ex-CSeries de Bombardier serait en phase finale de négociation entre Airbus et la compagnie nationale éthiopienne, basée à l’aéroport d’Addis Abeba, selon le chef de la direction interrogé par l’agence Bloomberg. Une annonce est prévue d’ici la fin de l’année, avec une valeur potentielle de 1,6 milliard au prix du catalogue.

En juillet dernier, Airbus avait décroché, auprès d’Air France / KLM, une commande ferme pour 60 avions A220. Le contrat, pour des A220-300, prévoyait également des options pour 30 autres appareils et 30 droits d’acquisition. De plus, à la fin juin, au Salon international de l’aéronautique du Bourget, en France, l’avionneur européen avait reçu des commandes ou des lettres d’intention pour 85 avions.


Avec Le Devoir