Amazon veut aider à remplir les objectifs de l’Accord de Paris

«Mon engagement est de remplir les objectifs de l’Accord de Paris avec 10 ans d’avance», a expliqué Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon, au cours d’une conférence de presse à Washington.
Photo: Paul Morigi Getty Images for Amazon Agence France-Presse «Mon engagement est de remplir les objectifs de l’Accord de Paris avec 10 ans d’avance», a expliqué Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon, au cours d’une conférence de presse à Washington.

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon et l’homme le plus riche du monde, a mis tout le poids du géant de la distribution en ligne dans une campagne pour aider à remplir avec 10 ans d’avance les engagements climatiques de l’Accord de Paris.

« Mon engagement est de remplir les objectifs de l’Accord de Paris avec 10 ans d’avance, et Amazon est le premier sur la liste », qui doit associer d’autres entreprises, a expliqué Jeff Bezos au cours d’une conférence de presse à Washington, en présentant cette nouvelle initiative appelée « The Climate Pledge » (L’engagement climat). « Nous voulons nous servir de notre influence et de notre taille pour montrer la voie », a souligné M. Bezos, promettant qu’Amazon aura des émissions de carbone annuelles neutres d’ici 2040.

Amazon, qui a bâti son succès sur un énorme réseau logistique de transport routier pour assurer des livraisons de plus en plus rapides, est un gros producteur de gaz à effet de serre, les principaux coupables du changement climatique. Les fermes de serveurs d’Amazon, qui a fait de l’informatique dématérialisée une autre source très importante de profits, sont elles aussi extrêmement gourmandes en énergie.

 
80 %
C’est la part d’énergie renouvelable qu’Amazon s’est engagé à atteindre d’ici 2024 avant d’arriver à 100 % en 2040.

« Si une entreprise avec autant d’infrastructures physiques que la nôtre — qui livre plus de 10 milliards de colis par an — peut remplir les objectifs de l’Accord de Paris 10 ans plus tôt, alors toutes les entreprises peuvent le faire », a affirmé M. Bezos, soulignant que d’autres patrons lui avaient fait part de leur intérêt à se joindre à cette initiative. « Les grandes entreprises qui signeront “The Climate Pledge” enverront un signal fort au marché pour rappeler qu’il est temps d’investir dans les produits et services dont les signataires auront besoin pour respecter leurs engagements », a-t-il ajouté.

The Climate Pledge exigera de ses signataires une approche scientifique de leurs émissions de gaz à effet de serre, avec des mesures et des déclarations régulières. Les entreprises adhérentes devront aussi mettre en place des stratégies de « décarbonisation » et arriver à neutraliser les émissions résiduelles « avec des compensations supplémentaires, quantifiables, réelles, permanentes et socialement bénéfiques pour atteindre des émissions de carbone annuelles neutres d’ici 2040 », précise un communiqué d’Amazon.

Camionnettes électriques

M. Bezos a indiqué que son entreprise va commander 100 000 camionnettes électriques à l’entreprise américaine Rivian, dont les premières seront opérationnelles dès 2021. Selon le directeur de l’exploitation d’Amazon Dave Clark, il s’agit de la plus importante commande de véhicules de livraison électriques jamais faite. La totalité de la flotte sera déployée en 2030, selon un porte-parole du groupe. M. Bezos avait évoqué précédemment la date de 2024. Amazon s’est aussi engagé jeudi à atteindre 80 % d’énergie renouvelable d’ici 2024 et 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2030 pour arriver à la neutralité carbone d’ici 2040.

L’entreprise a aussi annoncé un investissement de 100 millions de dollars dans la « restauration et la protection des forêts, des zones humides et des tourbières, en partenariat avec The Nature Conservancy », une ONG américaine. « La science est claire : les forêts, les prairies et les zones humides en bonne santé sont les outils les plus efficaces pour faire face aux changements climatiques, mais nous devons agir maintenant pour développer les solutions climatiques naturelles », a déclaré Sally Jewel, directrice par intérim de l’ONG, citée dans le communiqué d’Amazon.

L’annonce de M. Bezos survient à quelques jours d’un sommet spécial de l’ONU sur le climat qui réunira lundi à New York plusieurs chefs d’État et de gouvernement. Lors de ce sommet organisé par le patron de l’ONU, Antonio Guterres, les dirigeants de la planète sont appelés à renforcer leurs engagements pour limiter le réchauffement du globe à 1,5 °C ou 2 °C par rapport à la période préindustrielle, au XIXe siècle.

Plus d’un millier d’employés de M. Bezos ont annoncé qu’ils allaient débrayer vendredi dans le cadre d’un appel international à manifester pour la lutte contre les changements climatiques.

Dans un rapport de 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) avertissait que, pour contenir le réchauffement climatique, les émissions de CO2 devaient chuter bien avant 2030 (–45 % d’ici 2030) et le monde atteindre une neutralité carbone en 2050.