Element AI accueille la Caisse parmi ses investisseurs

Element AI vise les secteurs de la cybersécurité, de l’assurance, de la finance et de la logistique.
Photo: iStock Element AI vise les secteurs de la cybersécurité, de l’assurance, de la finance et de la logistique.

L’entreprise d’intelligence artificielle Element AI a annoncé vendredi avoir mobilisé 200 millions par l’entremise d’une ronde de financement qui lui a permis d’accueillir de nouveaux investisseurs, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec.

L’opération a aussi été menée auprès de l’investisseur institutionnel McKinsey & Company, dont la filiale QuantumBlack a inauguré à Montréal, il y a neuf mois, son premier bureau canadien, spécialisé en apprentissage automatique et en recherche et développement.

Selon Element AI, la nouvelle ronde de financement lui permettra d’accélérer le développement et la commercialisation de solutions « qui répondent aux besoins des clients en matière d’opérationnalisation de l’intelligence artificielle, tout en poursuivant le développement de produits d’intelligence artificielle ».

Le chef de la direction et cofondateur de la société montréalaise, Jean-François Gagné, a souligné que l’« opérationnalisation de l’IA est actuellement le défi le plus difficile de l’industrie », mais que le travail réalisé avec de nouveaux partenaires permettait de « tirer parti de l’expertise de chacun pour commercialiser des solutions d’IA ».

Element AI s’intéresse notamment aux produits permettant d’éliminer des tâches répétitives grâce à des systèmes informatiques capables de s’améliorer eux-mêmes. La société vise les secteurs de la cybersécurité, de l’assurance, de la finance et de la logistique.

L’investissement de la Caisse de dépôt, dont la valeur n’a pas été précisée, a été réalisé par l’entremise du Fonds CDPQ-IA, créé plus tôt cette année, avec lequel la Caisse dit vouloir « contribuer activement à bâtir et à renforcer la présence du Québec en intelligence artificielle dans le monde », selon son premier vice-président et chef des investissements au Québec et à la planification stratégique globale, Charles Émond.

Element AI avait réalisé une première ronde de financement en 2017 qui lui avait permis de mobiliser plus de 137 millions auprès d’un consortium réunissant notamment Real Ventures, Intel Capital, Microsoft Ventures et la Banque Nationale.