Le vol de données chez Desjardins n’a pas ébranlé la stratégie de la Banque Nationale

Si la Nationale dit avoir réalisé des progrès en ce qui a trait à l’acquisition de nouveaux clients, l’institution n’a pas attribué cela au vol de données ayant frappé Desjardins.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Si la Nationale dit avoir réalisé des progrès en ce qui a trait à l’acquisition de nouveaux clients, l’institution n’a pas attribué cela au vol de données ayant frappé Desjardins.

L’important vol de données ayant récemment touché 2,9 millions de membres du Mouvement Desjardins n’a pas entraîné une remise en question de la stratégie de la Banque Nationale en matière de cybersécurité.

Son président et chef de la direction, Louis Vachon, s’est montré satisfait, mercredi, au cours d’une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre, des mesures actuellement en place au sein de la sixième banque en importance au pays. « Chaque fois que ce genre d’événement survient, localement ou ailleurs, nous effectuons toujours une réflexion sur les leçons que nous pouvons en tirer, a-t-il dit, en réponse à la question d’un analyste. Nous agissons rapidement sur ce front et je pense que nous sommes satisfaits du niveau de sécurité en place entourant cet incident. »

Si la Nationale dit avoir réalisé des progrès en ce qui a trait à l’acquisition de nouveaux clients, l’institution n’a pas attribué cela au vol de données ayant frappé la coopérative. « Nous avons déployé de nombreuses initiatives depuis le début de l’exercice pour [atteindre cet objectif] et les initiatives ont été mises en oeuvre avant cet événement [concernant Desjardins], a dit la première vice-présidente à la direction, Lucie Blanchet. Nous avons constaté un élan, mais on ne peut l’attribuer aux événements récents. »

Au troisième trimestre, la Nationale a vu son profit net grimper de 7 % alors que les résultats ont été positifs dans l’ensemble de ses segments. Pour la période de trois mois terminée le 31 juillet, la banque a engrangé un bénéfice net de 608 millions, ou 1,66 $ par action, par rapport à 569 millions, ou 1,52 $ par action, il y a un an. Abstraction faite des éléments non récurrents, le bénéfice ajusté s’est établi à 606 millions, ou 1,66 $ par action, en progression de 6,5 % sur un an.

Les services aux particuliers et aux entreprises ont généré un bénéfice de 277 millions, en hausse de 10,8 %, notamment grâce à la vigueur de l’économie du Québec, le principal marché de la Nationale, où la croissance est supérieure depuis le début de l’année par rapport à la moyenne nationale. « Le PIB du Québec a été en hausse [0,5 %] pour un huitième mois consécutif [en mai], ce qui constitue la meilleure performance en 22 ans », a souligné M. Vachon. Les dotations aux pertes sur crédit ont grimpé de 13 %, s’établissant à 83 millions.