Ottawa corrige le tir pour ne pas favoriser Davie

Le 2 août, Ottawa a lancé une invitation à d’autres chantiers navals pour devenir le troisième joueur dans cette stratégie à long terme de plusieurs milliards de dollars.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le 2 août, Ottawa a lancé une invitation à d’autres chantiers navals pour devenir le troisième joueur dans cette stratégie à long terme de plusieurs milliards de dollars.

Le gouvernement fédéral modifie ses critères de sélection de la troisième entreprise qui complétera la Stratégie nationale de construction navale, pour ne pas favoriser injustement le chantier maritime Davie, de Lévis.

Cette décision fait suite à une plainte déposée la semaine dernière par un chantier naval de l’Ontario auprès du Tribunal canadien du commerce extérieur.

Heddle Marine, de Hamilton, soutenait que plusieurs des exigences imposées par le gouvernement aux chantiers maritimes n’étaient ni légitimes ni raisonnables — et disqualifieraient pratiquement tous les chantiers sauf Davie.

Le gouvernement fédéral n’a pas répondu directement à la plainte ou aux allégations, mais il a annoncé lundi qu’il corrigeait une « incohérence dans les dimensions des navires », signalée par le chantier Heddle. Ottawa « clarifie » aussi la section relative à la capacité des navires que les chantiers navals doivent être en mesure de construire et de mettre à l’eau.

Ottawa avait formé à l’origine des partenariats avec deux chantiers navals canadiens — Irving, de Halifax, et Seaspan, de Vancouver —, pour attribuer ses contrats sans appels d’offres, mais ces chantiers peinent à livrer la marchandise.

Le 2 août, Ottawa a lancé une invitation à d’autres chantiers navals pour devenir le troisième joueur dans cette stratégie à long terme de plusieurs milliards de dollars.