Catalyst dit avoir acquis 10% de HBC

Catalyst Capital Group a annoncé lundi avoir acquis près de 18,5 millions d’actions de la Compagnie de la Baie d’Hudson.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Catalyst Capital Group a annoncé lundi avoir acquis près de 18,5 millions d’actions de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Le groupe d’initiés de la Compagnie de la Baie d’Hudson (HBC) désirant privatiser le plus vieux détaillant du Canada est confronté à un nouvel obstacle, puisqu’une firme d’investissement vient de mettre la main sur un important bloc d’actions de la société.

Catalyst Capital Group a annoncé lundi avoir acquis près de 18,5 millions d’actions du détaillant, soit environ 10,05 % des titres en circulation, pour une somme d’environ 187 millions, à la suite de son offre publique d’achat lancée fin juillet dans le but de s’opposer à la démarche du groupe mené par le président du conseil d’administration de HBC, Richard Baker.

L’ampleur de la participation

« Nous sommes ravis du résultat de notre proposition, qui offre aux actionnaires participants une prime immédiate à la fois sur le cours des actions de HBC et sur la proposition du groupe de M. Baker », a souligné le directeur général de Catalyst, Gabriel de Alba, dans un communiqué.

Un porte-parole de Catalyst a refusé de révéler, de façon précise, l’ampleur de la participation totale détenue par la firme d’investissement ontarienne dans HBC. Celle-ci avait proposé d’acquérir jusqu’à 19,8 millions d’actions pour 10,11 $ par action, pour un total de 200 millions, alors que l’offre initiale visait jusqu’à 14,8 millions d’actions. L’offre a expiré vendredi dernier.

Nous sommes ravis du résultat de notre proposition, qui offre aux actionnaires participants une prime immédiate à la fois sur le cours des actions de HBC et sur la proposition du groupe de M. Baker

La proposition de Catalyst découlait d’une offre émanant du groupe de M. Baker visant à fermer le capital de la société. Ce groupe, qui détient environ 57 % de HBC, propose 9,45 $ par action. Un comité spécial du conseil d’administration de HBC, formé pour évaluer la proposition, avait souligné, dans un communiqué publié vendredi, que son analyse initiale suggérait que le prix offert par le groupe de M. Baker était insuffisant.

Toutes les options

Le président du conseil de HBC avait déclaré, au début du mois dans une lettre adressée aux actionnaires, que « l’offre partielle coercitive de Catalyst […] visait uniquement » à mettre des bâtons dans les roues de son groupe. Le comité spécial du détaillant avait signalé vendredi que les actionnaires « devraient faire preuve de prudence » en ce qui concerne l’offre de Catalyst, qui « n’est pas une réelle option » à la proposition de M. Baker.

Si HBC reçoit une proposition révisée du groupe de M. Baker et parvient à conclure un accord, celui-ci devra être obtenir l’aval d’une majorité des actionnaires minoritaires de la société. Catalyst a signalé qu’elle votera contre l’offre visant à fermer le capital du détaillant.

La firme s’est engagée à collaborer avec le comité spécial de HBC pour se pencher sur toutes les autres options stratégiques permettant de générer de la valeur pour tous les actionnaires.