Rendement de 4,4% pour Capital régional et coopératif Desjardins

L'actif net de CRCD se chiffrait à un peu plus de 2,2 milliards à la fin des six premiers mois de 2019, répartis entre 105 000 actionnaires.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir L'actif net de CRCD se chiffrait à un peu plus de 2,2 milliards à la fin des six premiers mois de 2019, répartis entre 105 000 actionnaires.

Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD) a réalisé un rendement non annualisé de 4,4 % au premier semestre. Le prix de son action atteignait 16,02 $ au 30 juin, un gain de 68 ¢ sur six mois.

Au terme du premier semestre terminé le 30 juin, CRCD a réalisé un bénéfice net de 93,5 millions pour un rendement non annualisé de 4,4 %, de 9,2 % pour un an. Son actif net se chiffrait à un peu plus de 2,2 milliards à la fin des six premiers mois de 2019, répartis entre 105 000 actionnaires.

L’institution attribue ces résultats en partie à la rentabilité des entreprises du portefeuille d’investissements à impact économique québécois avec un rendement non annualisé de 4,1 %. S’ajoute la bonne performance du portefeuille des autres investissements, qui a terminé le semestre avec un rendement non annualisé de 6,6 %. « Ainsi, le rendement composé de l’action est de 5,1 % sur sept ans, soit la période de détention minimale obligatoire des actions de CRCD, auquel s’ajoute le crédit d’impôt obtenu lors de l’acquisition », souligne-t-elle.

 
3000$
C’est la souscription maximale par investisseur pour 2019.

Au cours du semestre, les nouveaux engagements ont totalisé 134 millions, soit une hausse de 23 % par rapport à la même période l’an dernier. Ces engagements ont touché 85 entreprises, coopératives et fonds. Au 30 juin 2019, cet « écosystème » appuyait un total de 494 entreprises, coopératives et fonds avec 1,19 milliard, contribuant au maintien et à la création de plus de 60 500 emplois, a précisé Luc Ménard, chef de l’exploitation de Desjardins Capital, gestionnaire de CRCD.

L’institution revient sur le mécanisme d’échange d’actions pour un actionnaire admissible, qui consiste à reporter de sept ans le droit de rachat de ses actions détenues depuis au moins sept ans, en contrepartie d’un crédit d’impôt au Québec de 10 %. « Pour les périodes d’émission 2018, 2019 et 2020, CRCD est autorisé par le gouvernement du Québec à échanger un montant maximal de 100 millions annuellement. L’intérêt des actionnaires pour l’échange 2018 et 2019 a été au rendez-vous, puisque la demande a largement dépassé l’offre avec un montant avoisinant le double du montant annuel permis dans les deux cas. »

S’y greffent 140 millions de dollars de nouvelles actions en vente pour l’émission 2019, avec un crédit d’impôt québécois de 35 %. La souscription maximale par investisseur pour 2019 est maintenue à 3000 $.