CBS et Viacom réunifiées

Cette fusion reconstitue une entité qui existait jusqu’en 2006.
Photo: Johannes Eisele Agence France-Presse Cette fusion reconstitue une entité qui existait jusqu’en 2006.

Les groupes américains Viacom et CBS ont annoncé mardi leur fusion, créant un des tout premiers groupes mondiaux du cinéma et de la télévision au chiffre d’affaires de 28 milliards de dollars, selon un communiqué commun.

La fusion, qui se fera par échange d’actions, donne naissance à ViacomCBS, qui « occupe des positions de leader aux États-Unis, en Europe, en Amérique latine et en Asie », souligne le communiqué. La nouvelle société possédera notamment le premier groupe de télévision aux États-Unis, par diffusion hertzienne ou câblée, ainsi que les studios de cinéma Paramount et la maison d’édition Simon & Schuster. Viacom est propriétaire de Paramount Pictures et de chaînes de télévision payantes telles que Comedy Central, MTV et BET, tandis que CBS dispose d’un réseau de diffusion, de chaînes de télévision, de Showtime et d’une participation dans le réseau CW.

Les analystes estiment que ce regroupement aidera les deux entreprises à naviguer dans un environnement de plus en plus concurrentiel en raison de la diffusion en continu. CBS a été l’une des premières entreprises médiatiques à déployer son propre service de diffusion en continu, CBS All Access. Disney, NBCUniversal et WarnerMedia ont fait de même afin de concurrencer Netflix, Amazon et d’autres géants technologiques ayant effectué une percée dans ce secteur.

Cette opération reconstitue une entité qui existait jusqu’en 2006, avant que la société de portefeuille contrôlant les deux groupes, National Amusements, ne décide de les séparer. Elle intervient au moment où le paysage audiovisuel américain se transforme radicalement, les acteurs « traditionnels » (télévision, studios, câblo-opérateurs) devant affronter la montée en puissance de géants d’Internet comme Netflix, Amazon Prime Video ou Apple TV.

Le nouveau groupe sera dirigé par Bob Bakish, l’actuel patron de Viacom. Selon lui, la combinaison des actifs et compétences de CBS et Viacom permet de créer « l’une des rares entreprises aux contenus et à la portée suffisamment vastes et variés pour façonner l’avenir de notre secteur ». Les deux sociétés mettent notamment en avant le fait que, réunies, elles seront dotées d’une capacité financière encore plus importante pour investir dans de nouveaux contenus et de nouvelles technologies. En plus de leurs catalogues existants de plus de 140 000 émissions télévisées et 3600 films, elles ont ainsi dépensé 13 milliards en nouveaux contenus au cours des douze derniers mois.

Neil Begley, analyste du secteur médiatique chez Moody’s, a souligné que la plus grande question était de savoir si la nouvelle société se concentrerait sur ses services de diffusion en continu par abonnement, tels que CBS All Access et Showtime, ou sur ceux bénéficiant d’un soutien publicitaire, tels que Pluto TV, ou si continuerait à utiliser les deux.

La fusion doit se conclure d’ici la fin de l’année si elle obtient le feu vert des autorités concernées, en particulier celles de la concurrence. Selon ses termes, les actionnaires actuels de CBS posséderont 61 % de la nouvelle entité, et ceux de Viacom 39 %.

L’accord de fusion représente une victoire pour Shari Redstone, la présidente de National Amusements, après trois tentatives de rapprochement infructueuses depuis 2016, en raison notamment de divergences entre les différents dirigeants sur la valorisation des deux groupes.

Avec Associated Press et Le Devoir