CannTrust multiplie les ratés

CannTrust avait déjà volontairement cessé la vente et l’expédition de tous les produits à base de cannabis en provenance de ses installations pendant que Santé Canada examinait ses installations à Vaughan.
Photo: Tijana Martin La Presse canadienne CannTrust avait déjà volontairement cessé la vente et l’expédition de tous les produits à base de cannabis en provenance de ses installations pendant que Santé Canada examinait ses installations à Vaughan.

CannTrust a connu une autre séance mouvementée à la Bourse de Toronto, lundi, alors que son titre a chuté lourdement, étant donné que son usine située à Vaughan, en Ontario, a été jugée non conforme par Santé Canada.

L’entreprise dit avoir été prévenue vendredi dernier par les autorités fédérales et a ajouté que des mesures avaient rapidement été déployées afin de corriger le tir.

La décision des autorités fédérales découlait d’une inspection effectuée en juillet à la suite de révélations selon lesquelles Santé Canada avait constaté que la serre de l’entreprise à Pelham, en Ontario, était non conforme. Ce scandale a entraîné le congédiement du chef de la direction de la société ainsi que le départ du président du conseil d’administration.

CannTrust avait déjà volontairement cessé la vente et l’expédition de tous les produits à base de cannabis en provenance de ses installations pendant que Santé Canada examinait ses installations à Vaughan. La compagnie a dit continuer de travailler avec Santé Canada et fournira des détails supplémentaires sur cette affaire au fur et à mesure qu’ils seront disponibles. « Nous avons retenu les services de conseillers indépendants, qui ont déjà commencé à se pencher sur certaines des lacunes signalées dans le rapport de Santé Canada », a souligné le chef de la direction de CannTrust, Robert Marcovitch, dans un communiqué.

Vendredi, la chute du titre avait été provoquée par une annonce qui remettait en question ses résultats financiers pour l’exercice 2018. CannTrust avait fait savoir que le cabinet KPMG avait retiré son rapport du 27 mars sur les résultats financiers de 2018 et a déclaré que les résultats ne pouvaient pas être aussi fiables.

La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont confirmé la semaine dernière qu’elles enquêtaient sur CannTrust. Cela découle d’une enquête de Santé Canada qui a révélé que la société avait cultivé du cannabis dans plusieurs pièces dans ses installations de Pelham sans l’approbation du gouvernement et que les employés avaient fourni des informations inexactes aux autorités réglementaires.

Selon les conclusions de Santé Canada, cette situation pourrait entraîner la suspension ou la résiliation des licences de cannabis de CannTrust et des amendes pouvant aller jusqu’à 1 million. La culture illégale est également une activité criminelle en vertu de la loi sur le cannabis, pour laquelle des individus peuvent être condamnés à une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 14 ans.

Établie à Vaughan, CannTrust a engagé un conseiller financier pour l’aider à explorer une éventuelle vente et d’autres solutions stratégiques.