Les négociations prévues entre les États-Unis et la Chine suspendues

Donald Trump a de nouveau insisté pour que la banque centrale (Fed) baisse ses taux d’intérêt pour rendre le dollar moins attractif et aider les exportateurs américains en pleine guerre commerciale avec la Chine.
Photo: Evan Vucci Associated Press Donald Trump a de nouveau insisté pour que la banque centrale (Fed) baisse ses taux d’intérêt pour rendre le dollar moins attractif et aider les exportateurs américains en pleine guerre commerciale avec la Chine.

Le président Donald Trump a averti que les États-Unis n’étaient « pas prêts » à conclure un accord commercial avec la Chine et que lui-même n’excluait pas la possibilité d’annuler les discussions prévues en septembre à Washington.

Évoquant la bataille des monnaies survenue cette semaine avec la dépréciation du yuan chinois, M. Trump a aussi assuré vendredi qu’il ne dévaluerait pas le dollar. La veille, le président avait pourtant concédé ne pas être « emballé » par un dollar fort. « Je ne ferai pas cela […] Nous avons la monnaie la plus sûre du monde », a lancé le président en réponse à une question sur une possible dévaluation du billet vert.

Mais M. Trump a de nouveau insisté pour que la banque centrale (Fed) baisse ses taux d’intérêt pour rendre le dollar moins attractif et aider les exportateurs américains en pleine guerre commerciale avec la Chine. Il a réclamé une réduction « d’un point de pourcentage ou un peu plus, étalée sur une certaine période de temps ». Réaffirmant que l’économie américaine se portait bien et que Washington continuait de « détenir toutes les cartes » dans les négociations commerciales, M. Trump a ajouté : « On se porte bien, mais on est menottés par la Fed. »

En ce qui concerne les négociations commerciales avec Pékin, après un renouement de dialogue à Shanghai fin juillet entre les responsables américains et chinois, une nouvelle ronde de discussions était prévue début septembre dans la capitale américaine. « Nous ne sommes pas prêts à signer un accord […]. On les a dénoncés pour manipulation [de monnaie]. On va voir si on maintient notre rencontre en septembre. Si on le fait, c’est bien ; si on ne le fait pas, c’est bien aussi », a affirmé le président américain à la Maison-Blanche juste avant de partir pour un congé dans son club de golf de Bedminster dans le New Jersey.

Les tensions très vives entre Pékin et Washington se sont accrues un peu plus depuis une dizaine de jours après la décision de l’hôte de la Maison-Blanche de frapper toutes les importations de Chine de tarifs punitifs au 1er septembre. Le yuan est tombé en début de semaine à son plus bas niveau par rapport au dollar en près d’une décennie.