Saputo s’intéresse au marché des protéines végétales

Le président et chef de la direction, Lino Saputo fils, a confié aux médias que Saputo veut «suivre les tendances de nos consommateurs».
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le président et chef de la direction, Lino Saputo fils, a confié aux médias que Saputo veut «suivre les tendances de nos consommateurs».

Désirant s’adapter aux nouvelles tendances alimentaires, comme la consommation de protéines à base de plantes plutôt qu’animales, Saputo est déjà en négociations avec des joueurs de ce secteur pour s’y tailler une place.

Interrogé à ce sujet par un de ses actionnaires à l’occasion de l’assemblée annuelle, jeudi, à Laval, le président et chef de la direction, Lino Saputo fils, a d’abord affirmé avec force que Saputo « ne sortira jamais de l’industrie laitière », pour ensuite ajouter qu’il se penchait néanmoins sur la possibilité d’entrer dans le marché de la protéine végétale.

« Si les consommateurs veulent avoir des boissons faites à partir de plantes, on va trouver une façon d’entrer dans cette catégorie », a expliqué l’homme d’affaires, qui a précisé être déjà engagé dans cette direction. « Cela peut être par des acquisitions de marques de commerce qui sont importantes pour les consommateurs ou par l’entremise de partenariats avec des gens qui sont déjà dans ce domaine-là et qui n’ont pas la capacité de fabriquer. »

« Nous sommes en train maintenant d’avoir des négociations avec des entreprises pour qu’on puisse faire de la transformation pour eux et, peut-être dans certains cas, surtout au Canada, faire la distribution aussi. »

Résultats encourageants

Saputo présentait du même coup ses résultats pour le premier trimestre. Les résultats sont très encourageants, a dit le dirigeant de la société.

Depuis deux ans, l’industrie était aux prises avec d’importants surplus de produits laitiers, particulièrement en Europe, aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, principaux exportateurs. Or, depuis quelques mois, la situation a commencé à se rétablir : des entreprises sont sorties de l’industrie et d’autres ont réduit leur production, tandis que certaines autorités établissaient en parallèle des réglementations pour réduire les niveaux de production.

« Le rééquilibrage dans les solides [de lait] a amené des prix à la hausse, s’est réjoui M. Saputo. C’est la première fois en 24 mois qu’on voit une amélioration dans la situation globale laitière. »

Pour la période de trois mois terminée le 30 juin, Saputo a affiché un bénéfice net de 121,4 millions, ou 31 ¢ par action, en recul de 3,7 % sur un an. Ce résultat tient notamment compte d’une charge de restructuration après impôt de 21,5 millions. De leur côté, les revenus ont été de 3,67 milliards, en hausse de 12,3 %. En excluant les éléments non récurrents, Saputo a affiché un bénéfice ajusté de 164,9 millions, ou 42 ¢ par action, en hausse de 2,9 % par rapport au deuxième trimestre de l’exercice précédent.