Les petits et moyens investisseurs ne seraient pas assez informés

43% des répondants ont indiqué que leur conseiller ne les avait pas renseignés sur les concepts financiers.
Photo: iStock 43% des répondants ont indiqué que leur conseiller ne les avait pas renseignés sur les concepts financiers.

Les investisseurs disposant de portefeuilles de petite et moyenne taille pourraient ne pas recevoir suffisamment d’informations sur la planification financière de la part de leurs conseillers, selon une étude réalisée pour le compte de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

La conclusion s’appuie sur les résultats d’un sondage en ligne mené auprès de quelque 3000 personnes ayant des conseillers financiers dans l’ensemble du Canada. Pas moins de 43 % des répondants ont indiqué que leur conseiller ne les avait pas renseignés sur les concepts financiers et la grande majorité a indiqué n’avoir reçu aucun conseil en matière de gestion de la dette, de planification fiscale et successorale ou de planification pour un membre de la famille.

Selon le rapport, la tendance était la même dans la plupart des catégories d’investisseurs avisés, mais elle était plus prononcée chez les répondants dont le portefeuille valait moins de 50 000 $. Le document affirme que l’enquête fournit des preuves de lacunes potentiellement importantes dans la portée, la rapidité et l’efficacité des informations éducatives que reçoivent les investisseurs avisés.

L’enquête réalisée auprès des investisseurs qui ont un conseiller a été réalisée en anglais et en français par Innovative Research Group pour le compte du groupe consultatif des investisseurs de la CVMO. Selon les normes généralement acceptées par l’industrie des sondages, les enquêtes en ligne ne peuvent se voir attribuer une marge d’erreur puisque leur échantillon n’est pas constitué de façon aléatoire.