Mise en garde des pilotes de Transat

<p>Si l’entente recevait l’approbation des autorités réglementaires et des actionnaires, la transaction pourrait être conclue au début de 2020, ont estimé les entreprises.</p>
Photo: Daniel Slim Agence France-Presse

Si l’entente recevait l’approbation des autorités réglementaires et des actionnaires, la transaction pourrait être conclue au début de 2020, ont estimé les entreprises.

Le syndicat des 600 pilotes d’Air Transat se dit « heureux » de l’intention d’Air Canada de maintenir le siège social du voyagiste à Montréal, mais a rappelé vendredi qu’il souhaite être entendu sur le chemin qui mènera à l’union des deux entreprises.

« Nous sommes […] un intervenant clé de notre compagnie aérienne, et croyons que la participation des pilotes au début de toute transaction, comme celle-ci, est fondamentale pour tout accord réussi », a indiqué dans une déclaration écrite le conseil exécutif principal d’Air Transat (affilié à l’Air Line Pilots Association, ou ALPA).

Nous […] croyons que la participation des pilotes au début de toute transaction, comme celle-ci, est fondamentale pour tout accord réussi

Transat, dont le conseil a accepté jeudi une offre de 520 millions mise en avant par Air Canada, compte environ 5000 employés. La moitié de la main-d’oeuvre est syndiquée, celle-ci étant couverte par six différentes conventions collectives.

Si l’entente recevait l’approbation des autorités réglementaires et des actionnaires, la transaction pourrait être conclue au début de 2020, ont estimé les entreprises.

Le conseil exécutif principal d’Air Transat-ALPA a ajouté dans son courriel que la collaboration des syndiqués et de la direction a de tout temps produit des résultats positifs « à la fois pour les entreprises et leurs employés ». La déclaration écrite a été produite en réponse à une demande d’entrevue faite vendredi en matinée.

Le préambule de la convention des pilotes de Transat stipule que dans le cas où l’entreprise « changerait de propriétaire » ou « fusionnerait avec une autre compagnie », « la présente convention collective demeurerait en pleine force ». La convention de cinq ans vient à échéance en avril 2020.

De son côté, l’Association des pilotes d’Air Canada a refusé de commenter la transaction. Selon un membre de l’équipe des communications, le syndicat n’est « pas en mesure » de se prêter à des entrevues à l’heure actuelle.

Prochaine étape

L’entente entre Air Canada et Transat doit maintenant être soumise au vote des actionnaires de Transat, parmi lesquels certains, dont la firme Letko Brosseau avec un bloc de près de 20 %, ont déjà indiqué publiquement que l’offre de 13 $ l’action était nettement insuffisante. La Caisse de dépôt et placement (6 %) a refusé de faire connaître sa position, tandis que le Fonds FTQ (11,6 %) a indiqué jeudi qu’il analysait l’annonce.

Pour être acceptée, l’offre doit récolter l’appui des deux tiers des actionnaires lors d’une assemblée extraordinaire dont la date exacte n’est pas encore connue. En choisissant Air Canada, le conseil d’administration de Transat semble avoir mis de côté un autre acquéreur intéressé, le groupe immobilier Mach, qui propose 14 $ l’action. Celui-ci a affirmé jeudi qu’il attend une réponse de Transat et que son offre est toujours « sur la table ».

À la Bourse de Toronto, le cours de l’action de Transat a terminé la séance de vendredi à 13,49 $, en hausse de 0,5 %. Lorsque le cours d’un titre continuer d’évoluer au-delà du prix offert par un acheteur (13 $ dans le cas présent), cela peut laisser croire que les investisseurs perçoivent la possibilité d’une surenchère.

Certains observateurs ont été étonnés jeudi de voir qu’Air Canada offrait le même prix que celui évoqué le mois dernier, opposant cet état des lieux à la réticence d’au moins un gros actionnaire face à la proposition du transporteur.

L’entente devra notamment réussir l’examen du Bureau de la concurrence, qui se penchera sur les parts de marché combinées des deux compagnies sur les trajets transatlantiques et les destinations soleil. Sur le marché transatlantique, par exemple, la part combinée est d’un peu plus de 60 %.