Via Rail reçoit 71 millions pour le train à haute fréquence

Via Rail veut construire un nouveau réseau de voies ferrées réservées exclusivement au transport de voyageurs entre le Québec et l’Ontario, un projet de plusieurs milliards de dollars.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Via Rail veut construire un nouveau réseau de voies ferrées réservées exclusivement au transport de voyageurs entre le Québec et l’Ontario, un projet de plusieurs milliards de dollars.

Via Rail recevra 71 millions du gouvernement fédéral et de la Banque de l’infrastructure du Canada pour procéder à un « examen plus approfondi » du projet de train à grande fréquence dans le corridor Québec-Toronto.

La Banque de l’infrastructure du Canada (BIC) versera 55 millions, alors que Transports Canada attribuera une somme de 16 millions à ce nouvel examen du projet de trains rapides entre le Québec et l’Ontario.

Le président et chef de la direction de la BIC, Pierre Lavallée, a soutenu que les investisseurs privés manifestaient un « vif intérêt » pour des voies réservées visant à augmenter la fréquence et la vitesse des trajets et à garantir que les trains de Via n’auraient plus à céder le passage aux trains de marchandises. Mais Via doit d’abord prouver que le projet en vaut la peine — et c’est ici qu’entre en jeu l’argent annoncé mardi.

Une partie de ces 71 millions de dollars servira à financer des études visant à garantir que les trains de Via pourront circuler facilement entre de nouvelles voies réservées et les voies déjà utilisées par les fournisseurs de transport en commun locaux et régionaux à Montréal et Toronto.

Pour Montréal, cela implique que les trains de Via puissent emprunter le futur Réseau express métropolitain (REM), un projet également financé en partie par la Banque de l’infrastructure du Canada. Cette phase des travaux préliminaires permettra de déterminer si les voies dans le tunnel qui passe sous le mont Royal permettraient aux trains lourds de VIA Rail de circuler sur ce segment du REM.

Plusieurs milliards

Via Rail veut construire un nouveau réseau de voies ferrées réservées exclusivement au transport de voyageurs entre le Québec et l’Ontario, un projet de plusieurs milliards de dollars, afin que ses trains ne soient plus obligés de céder le passage aux convois de marchandises, qui ont la priorité.

Le projet de trains à haute fréquence devrait coûter 4 milliards et Via Rail étudie les moyens de faire assumer par un investisseur privé une partie des coûts de construction des voies entre Toronto, Ottawa, Montréal et Québec, mais aussi l’acquisition de nouvelles voitures.

La contribution de la BIC fait partie de son mandat qui consiste à « minimiser les risques » des projets à un stade précoce, afin d’attirer ensuite les investisseurs privés au moment des travaux de construction proprement dits.

Via Rail souhaite créer des corridors le long de voies abandonnées ou moins fréquentées, qui seraient également reliées à Peterborough, en Ontario, ainsi qu’à Dorion et à Trois-Rivières, au Québec.

L’organisme Transport Action Canada a soutenu mardi que les risques inhérents à ce projet sont moins importants maintenant que Via Rail se concentre sur des corridors et des droits de passage existants — ce qui signifie que des travaux pourraient être réalisés d’ici 2022.

« Le plus gros risque […] est l’augmentation des coûts de substitution si le Canada prenait davantage de retard sur le reste du monde en ce qui concerne cet aspect essentiel de notre infrastructure de transports », a indiqué l’organisme dans un communiqué. « Un service ferroviaire interurbain peu fréquent et inadéquat constitue un obstacle à la croissance économique nationale et un facteur de dissuasion pour les investisseurs internationaux. »

Troisième projet pour la BIC

Les libéraux ont créé la Banque de l’infrastructure du Canada en 2017 en lui confiant 35 milliards de fonds fédéraux de départ, espérant ensuite inciter le secteur privé à participer au financement de nouveaux projets de grande envergure, d’intérêt public, tout en garantissant un rendement à ces investisseurs. Jusqu’à présent, l’agence a participé à deux projets : un prêt de 1,28 milliard pour le REM à Montréal et un autre pouvant atteindre 2 milliards pour l’expansion du réseau ferroviaire de GO Transit autour de Toronto.

La contribution de 55 millions dévoilée mardi est la première somme que la BIC verse sans en attendre un remboursement. M. Lavallée a toutefois prévenu que cela ne devrait pas être considéré comme un signe certain que la BIC participerait éventuellement au financement de l’ensemble du projet. Le gouvernement fédéral devra d’abord décider s’il faut aller de l’avant, a-t-il précisé. La BIC devrait ensuite faire ses propres recherches pour déterminer s’il vaut la peine d’investir.

Les partisans de ce projet qui ne date pas d’hier s’accordent pour dire aujourd’hui que le train à haute fréquence pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre et stimuler les économies régionales.