Bourses: Wall Street portée par la Fed et le pétrole

Un courtier à Wall Street
Photo: Johannes Eisele Agence France-Presse Un courtier à Wall Street

La Bourse de New York a terminé en nette hausse jeudi et a porté le S & P 500 à un nouveau record, entraînée par une Banque centrale américaine se disant prête à agir en cas de besoin et par l’envolée des cours du pétrole. L’indice élargi, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, s’est apprécié de 1 % pour finir à 2954,18 points.

L’indice vedette Dow Jones a gagné 0,9 % à 26 753,17 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,8 % à 8051,34 points.

Taux

Alors que le président américain faisait pression pour un abaissement des taux, les responsables de la Fed ont décidé mercredi de les laisser inchangés. Mais l’institution a aussi mis en avant l’aggravation « des incertitudes » économiques et assuré qu’elle « agira comme il le faut pour soutenir l’expansion ». Les acteurs du marché évaluent désormais à 100 % la probabilité d’une baisse des taux dès juillet, selon un outil de la plateforme CME. Le taux d’emprunt à 10 ans des États-Unis est dans la foulée passé sous le seuil des 2 % pour la première fois depuis 2016.

Le pétrole s’envole

La bonne tenue des indices a été stimulée jeudi par le bond des cours de l’or noir. Le baril de pétrole WTI s’est envolé de 5,4 % à New York après la destruction d’un drone américain par Téhéran ayant ravivé les tensions entre les États-Unis et l’Iran. Les cours du pétrole ont bondi en cours de séance après un tweet du président américain accusant l’Iran d’avoir « fait une énorme erreur ». Le président a ensuite soufflé le chaud et le froid. L’escalade et la multiplication des incidents dans la région du Golfe font craindre qu’une étincelle ne mette le feu aux poudres.

Le cours de l’or s’approchait d’un sommet de six ans, gagnant 48,10 $ US à 1396,90 $ US l’once.