Les postes vacants en hausse dans six provinces et un territoire

Dans l’ensemble du pays, le nombre de postes vacants s’est établi à 506 000, une hausse de 9,6% par rapport au premier trimestre de 2018.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Dans l’ensemble du pays, le nombre de postes vacants s’est établi à 506 000, une hausse de 9,6% par rapport au premier trimestre de 2018.

Le nombre et le taux de postes vacants ont tous deux augmenté au Canada au premier trimestre de 2019.

Dans une compilation de données publiée mardi, Statistique Canada signale que le nombre de postes vacants a augmenté dans six provinces et un territoire, à savoir le Québec, l’Ontario, la Colombie-Britannique, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador et le Nunavut. Dans l’ensemble du pays, le nombre de postes vacants s’est établi à 506 000, en hausse de 9,6 % par rapport au premier trimestre de 2018.

Au cours de la même période, le taux de postes vacants s’est accru de 0,2 point de pourcentage pour se chiffrer à 3,1 %.

Le nombre de postes vacants a connu une hausse dans 7 des 10 principaux secteurs d’activité ; les quatre cinquièmes des postes vacants étaient liés à des emplois permanents.

Statistique Canada a observé qu’au Québec, le nombre de postes vacants a bondi de 23 % comparativement au premier trimestre de 2018. Près de la moitié de la croissance du nombre de postes vacants était attribuable aux secteurs, des soins de santé et de l’assistance sociale, de la fabrication ainsi que des services d’hébergement et de restauration.

Comparativement à un an plus tôt, le taux de postes vacants au Québec a connu une hausse de 0,5 point de pourcentage pour s’établir à 3,1 %.

Parmi les provinces de l’Atlantique, le Nouveau-Brunswick (7,8 %), l’Île-du-Prince-Édouard (38 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (12,2 %) ont chacun enregistré une hausse du nombre de postes vacants entre le premier trimestre de 2018 et celui de 2019. À l’Île-du-Prince-Édouard, le taux de postes vacants a affiché une hausse de 0,7 point de pourcentage pour s’établir à 2,7 %.

Parallèlement, le taux de postes vacants s’est accru de 0,2 point de pourcentage pour s’établir à 1,7 % à Terre-Neuve-et-Labrador, et il a peu varié au Nouveau-Brunswick. Bien que ces trois provinces aient affiché une hausse du nombre de postes vacants au premier trimestre de 2019, elles affichaient quand même les ratios chômeurs-postes vacants les plus élevés parmi l’ensemble des provinces, Terre-Neuve-et-Labrador ayant enregistré le ratio le plus élevé. Parallèlement, le nombre et le taux de postes vacants ont tous deux peu varié en Nouvelle-Écosse.