Record de postes vacants dans le secteur privé

Au Canada, le taux de postes vacants a le plus augmenté dans les secteurs de la construction et des services personnels, où il a dépassé la moyenne nationale.
Photo: Alain Jocard Agence France-Presse Au Canada, le taux de postes vacants a le plus augmenté dans les secteurs de la construction et des services personnels, où il a dépassé la moyenne nationale.

Le taux de postes vacants dans le secteur privé au Canada a encore augmenté au premier trimestre de 2019, à 3,3 %.

Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, ce taux a progressé de 0,1 point par rapport au trimestre précédent. Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale à la FCEI, a observé que le taux au niveau national a été en constante augmentation depuis deux ans et qu’il a atteint un record au plus récent premier trimestre.

Le Québec a continué de vivre la pénurie de main-d’oeuvre la plus sévère au Canada, avec un taux de postes vacants de 4,1 %, en hausse de 0,1 point par rapport au dernier trimestre. Il y avait environ 120 800 postes vacants au Québec au premier trimestre, comparativement à 314 200 dans l’ensemble des autres provinces. Le taux de postes vacants était également élevé en Colombie-Britannique (3,6 %) et en Ontario (3,3 %).

 
4,1 %
C’est le taux de postes vacants dans le secteur privé au Québec.

Au Canada, le taux de postes vacants a le plus augmenté dans les secteurs de la construction (4,9 %) et des services personnels (4,7 %), où il a dépassé la moyenne nationale. Les secteurs de l’agriculture (3,8 %), de la restauration/hébergement (3,7 %), des services professionnels (3,6 %) et des transports (3,6 %) font aussi face à un resserrement du marché du travail.

Économie sociale

Comme bien d’autres secteurs d’activité, le secteur de l’économie sociale et de l’action communautaire est touché par les difficultés de recrutement de main-d’oeuvre. Quelque 43 % des gestionnaires de ce secteur ont rapporté qu’ils avaient des difficultés à pourvoir un ou plusieurs postes. Ils s’attendent d’ailleurs à ce que le phénomène persiste, puisque plusieurs départs à la retraite sont prévus en 2019-2020.

Cette donnée est puisée de l’enquête Les repères en économie sociale et en action communautaire, panorama du secteur et de sa main-d’oeuvre qui a été dévoilé mercredi. Parmi les pistes envisagées pour aider à recruter, on compte l’embauche de travailleurs âgés de 50 ans et plus, celle d’immigrants, d’Autochtones et de personnes handicapées.

Les secteurs de l’économie sociale et de l’action communautaire comptent 319 893 travailleurs dans tous les secteurs d’activité. Ils travaillent dans 16 590 organisations.