Les femmes gestionnaires gagnent 88% du salaire de leurs homologues masculins

Le secteur privé obtient un moins bon résultat que le public.
Photo: Getty Images Le secteur privé obtient un moins bon résultat que le public.

Les femmes gestionnaires dans les grandes entreprises du Québec gagnent en moyenne 87,6 % du salaire horaire des hommes. Toutefois, la parité salariale est pratiquement atteinte entre les hommes et les femmes gestionnaires dans les administrations municipales, québécoise et fédérale.

Cette constatation vaut pour les femmes gestionnaires dans les entreprises québécoises de 200 employés et plus, en excluant toutefois les cadres supérieurs. Il s’agit par exemple de directeurs de service, de chefs de service et de cadres intermédiaires.

Ces données se retrouvent dans une étude réalisée par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) parue jeudi. Ainsi, les femmes gestionnaires dans les entreprises de 200 employés et plus touchent un salaire moyen de 47,55 $ l’heure, comparativement à 54,28 $ l’heure pour leurs homologues masculins. C’est donc dire qu’une femme gestionnaire touche 87,6 % du salaire horaire d’un homme gestionnaire dans la grande entreprise.

Ce ratio est toutefois plus élevé dans le secteur public (95,2 %) que dans le secteur privé (80,4 %). « On peut même dire qu’il y a presque une parité : quand on regarde les données du secteur public, on voit qu’en moyenne, les femmes gagnent 95,2 % du salaire des hommes », a relevé en entrevue avec La Presse canadienne Nadège Jean, coordonnatrice aux études de rémunération globale et relations clients à l’ISQ. « Pour l’instant, il est plus avantageux pour une femme de travailler dans le secteur public que dans le secteur privé concernant le salaire, le ratio », a-t-elle ajouté.

Administration

Le ratio atteint même 98,6 % dans l’administration québécoise, 97,6 % dans l’administration fédérale et 99 % dans les administrations municipales de 25 000 habitants et plus.

Dans l’administration québécoise, le salaire horaire moyen des femmes gestionnaires atteint 52,14 $, comparativement à 52,86 $ pour celui des hommes gestionnaires.

Il reste que, dans le secteur privé particulièrement, un écart demeure entre les femmes gestionnaires et les hommes gestionnaires. Le ratio est de 80,4 %. Pourquoi ? « C’est la grande question », répond Mme Jean. Elle note que la présente étude ne portait pas sur les causes de ces écarts, mais rappelle que différents facteurs peuvent influencer la rémunération globale, comme le nombre d’années d’expérience dans l’entreprise et à l’extérieur de l’entreprise ainsi que le mode de rémunération, entre autres.