Trump perd un conseiller économique

Kevin Hassett
Photo: Evan Vucci Associated Press Kevin Hassett

Une autre défection d’importance dans l’équipe du gouvernement Trump. Le président américain a annoncé dimanche le départ de son principal conseiller économique. Aucun lien n’a pu être établi entre cette annonce et la multiplication des fronts commerciaux entre Washington et ses principaux partenaires commerciaux.

Donald Trump a annoncé dimanche sur Twitter que son conseiller économique Kevin Hassett allait quitter son poste. Les raisons de son départ n’ont pas été évoquées et le président s’est empressé d’ajouter que « Kevin Hassett, qui a fait un excellent travail pour moi et le gouvernement, partira bientôt. Son très talentueux remplaçant sera nommé dès que je serai rentré aux États-Unis. »

Cette décision fait suite à la menace du président américain d’imposer d’ici le 10 juin des tarifs douaniers de 5 % aux biens mexicains. Elle s’insère également dans un contexte de guerre commerciale élargie avec la Chine, sur fond de menace persistante d’imposer à l’Europe des tarifs sur l’automobile.

Déjà vendredi, l’ouverture d’un front avec le Mexique avait secoué les milieux agricole et automobile.

Citant les médias américains, l’Agence France-Presse écrivait que l’opposition à cette annonce se retrouvait jusqu’au coeur du gouvernement : « le Wall Street Journal croit savoir que Robert Lighthizer, l’homme fort des négociations commerciales, était opposé au projet du président. Un porte-parole de M. Lighthizer a toutefois déclaré à l’AFP que ce dernier “soutenait le président et ce qu’il fait” », poursuit le texte de l’AFP.

Ancien chercheur en politique fiscale au think tank conservateur American Enterprise Institute, Kevin Hassett, 57 ans, avait été nommé à la Maison-Blanche en 2017. Son nom s’ajoute à une longue liste de départs, démissions ou congédiements, parmi les proches conseillers du président depuis son élection.

Parmi eux se trouve Gary Cohn, également conseiller économique, qui avait affiché son désaccord avec le protectionnisme de M. Trump.