Treize compagnies chinoises attaquent Boeing

La Chine avait été le tout premier pays au monde à ordonner, le 11 mars, à ses transporteurs de clouer au sol ses Boeing 737 MAX 8, après deux drames aériens impliquant ce modèle.
Photo: Greg Baker Associated Press La Chine avait été le tout premier pays au monde à ordonner, le 11 mars, à ses transporteurs de clouer au sol ses Boeing 737 MAX 8, après deux drames aériens impliquant ce modèle.

L’Association chinoise des transporteurs aériens a déclaré vendredi qu’elle aiderait 13 de ses compagnies membres à réclamer des indemnisations à Boeing, estimant à quelque 780 millions les pertes entraînées par l’interdiction de vol de leurs 737 MAX.

La Chine avait été le tout premier pays au monde à ordonner, le 11 mars, à ses transporteurs de clouer au sol ce type d’appareil de l’avionneur américain, après deux drames aériens impliquant ce modèle. La veille, un 737 MAX, exploité par Ethiopian Airlines, s’était écrasé peu après le décollage d’Addis-Abeba, faisant 157 morts. La catastrophe était survenue un peu plus de cinq mois après l’accident d’un avion de la compagnie indonésienne Lion Air ayant fait 189 morts.

Il n’est actuellement toujours pas possible de connaître la date de remise en service de ce type d’appareil

« À mesure que le temps passe, les pertes [des compagnies aériennes] vont encore s’accroître », a indiqué l’Association chinoise du transport aérien (CATA) dans un communiqué. « Il n’est actuellement toujours pas possible de connaître la date de remise en service de ce type d’appareil. » D’ici fin juin, le secteur chinois du transport aérien aura cumulé des pertes estimées à 4 milliards de yuans (780 millions $CAN), a souligné l’Association.

Interdictions de vol et reports

Selon le dernier bilan officiel, ces 13 compagnies aériennes chinoises ont cloué au sol un total de 96 Boeing 737 MAX 8. Les pertes sont liées à l’interdiction de vol visant les appareils déjà présents dans leurs flottes, mais aussi aux reports de livraison d’avions commandés à Boeing.

Le constructeur avait reconnu samedi avoir corrigé un défaut dans le logiciel des simulateurs avec lesquels sont formés les pilotes du 737 MAX. Il doit soumettre pour évaluation à l’Agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) le correctif du système antidécrochage MCAS du 737 MAX, mis en cause dans les deux catastrophes.

La Chine est un marché incontournable pour l’avionneur sur fond d’explosion du trafic aérien, nourri par une classe moyenne en plein essor. Le géant asiatique devrait devenir, vers le milieu des années 2020, le premier marché aéronautique devant les États-Unis.