Ottawa entrouvre la porte à Davie

Le chantier Davie, à Lévis
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le chantier Davie, à Lévis

Le gouvernement fédéral donne un coup d’accélérateur à la stratégie de construction navale : il promet 15,7 milliards de dollars de nouveaux travaux aux chantiers navals de Vancouver et d’Halifax, tout en ouvrant la porte à leur rival de toujours à Lévis, le chantier Davie.

Lors d’une conférence de presse à Vancouver, mercredi matin, le premier ministre Justin Trudeau a confirmé que le gouvernement commande deux autres navires de patrouille dans l’Arctique au chantier naval Irving, d’Halifax, qui construit déjà six navires de ce type pour la marine, et 16 « navires polyvalents » au chantier Seaspan, de Vancouver. Ces navires seront construits pour la Garde côtière canadienne et viseront deux objectifs : doter cette agence de nouveaux navires dont elle a cruellement besoin et éviter les mises à pied aux chantiers Irving et Seaspan, qui ont bénéficié depuis 2011 de milliards de dollars en contrats du gouvernement fédéral.

Il est peu probable, toutefois, qu’Irving et Seaspan sablent le champagne : M. Trudeau a également annoncé mercredi que le gouvernement prévoyait d’organiser un appel d’offres pour ajouter un troisième chantier naval à la stratégie nationale de construction navale. Le gouvernement fédéral lancera ainsi un appel d’offres pour la conception de nouveaux navires de plus petite taille — le nouveau « navire multimission semi-hauturier » —, pour le travail en eaux peu profondes, qui offrira aussi des activités scientifiques semi-hauturières.

 
2 G
La flotte actuelle de navires de la Garde côtière fera aussi l’objet de travaux de réparation, de remise en état et de prolongement de la durée de vie jusqu’à la réception des nouveaux navires, et 2 milliards seront investis par appel d’offres à ce chapitre.

Cet appel d’offres semble ouvrir une porte au chantier Davie, de Lévis, qui pourrait devenir un partenaire officiel de la Stratégie nationale de construction navale après des années de pressions intenses à Ottawa, projet auquel Irving et Seaspan s’opposent depuis longtemps.

La flotte actuelle de navires de la Garde côtière fera aussi l’objet de travaux de réparation, de remise en état et de prolongement de la durée de vie jusqu’à la réception des nouveaux navires, et 2 milliards seront investis par appel d’offres à ce chapitre.

Le montant total du financement accordé à Irving et Seaspan pour la construction des 18 grands navires est de 15,7 milliards, mais il s’agit d’une estimation préliminaire du budget du projet, qui comprend la construction, la logistique et le soutien, les imprévus, la gestion de projet et l’infrastructure. Le coût de chaque navire sera annoncé après la négociation des contrats, prévient Ottawa.