La tarification carbone alimente l’inflation au pays

Les six provinces qui ont vu l’instauration ou l’augmentation des redevances sur le carbone en avril ont enregistré des hausses plus importantes des prix à la pompe d’un mois à l’autre, a précisé Statistique Canada dans son rapport.
Photo: Kenzo Tribouillard Agence France-Presse Les six provinces qui ont vu l’instauration ou l’augmentation des redevances sur le carbone en avril ont enregistré des hausses plus importantes des prix à la pompe d’un mois à l’autre, a précisé Statistique Canada dans son rapport.

L’inflation annuelle canadienne a accéléré en avril pour un troisième mois consécutif, notamment à cause de la hausse des prix de l’essence dans les provinces dotées de nouveaux systèmes de tarification du carbone.

L’indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré une hausse de 2 % le mois dernier, comparativement à 1,9 % en mars et à 1,5 % en février, a annoncé mercredi Statistique Canada. Cette décision a permis à l’inflation d’atteindre la cible de 2 % privilégiée par la Banque du Canada.

Les six provinces qui ont vu l’instauration ou l’augmentation des redevances sur le carbone en avril ont enregistré des hausses plus importantes des prix à la pompe d’un mois à l’autre, a précisé l’agence fédérale dans son rapport. Le gouvernement libéral fédéral a imposé des taxes sur les émissions de carbone au Nouveau-Brunswick, à l’Ontario, au Manitoba et à la Saskatchewan le mois dernier, parce que ces provinces ne disposaient pas de systèmes similaires. La décision du gouvernement fédéral a suscité la controverse et les gouvernements provinciaux se sont engagés à lutter contre les systèmes prescrits.

90%
Les libéraux ont indiqué que 90 % des revenus recueillis seraient reversés aux ménages dans les quatre provinces qui ont vu l’instauration des redevances sur le carbone.

Le mois dernier, l’Île-du-Prince-Édouard a mis en place son propre système de tarification du carbone et la Colombie-Britannique a augmenté ses taxes existantes. Au Québec, l’IPC a progressé de 1,8 % en avril.

« Absolument, lorsqu’on augmente le prix de l’essence en appliquant le prix du carbone, cela va évidemment paraître dans les chiffres », a noté Alicia Macdonald, économiste principale au Conference Board of Canada. Elle a ajouté que les redevances étaient l’un des facteurs qui exerçaient une pression à la hausse sur les prix à la pompe. Les autres comprenaient le passage annuel au mélange d’essence estival et la hausse des prix mondiaux du pétrole, a-t-elle souligné.

En vertu du programme fédéral de tarification du carbone, les libéraux ont indiqué que 90 % des revenus recueillis seraient reversés aux ménages dans les quatre provinces. Les consommateurs obtiendront de loin la plus grande part parce que le gouvernement s’attend à ce qu’ils paient ultimement la plupart des nouveaux coûts qui leur seront retransmis par les entreprises.