Le déficit des États-Unis avec la Chine se résorbe

Les deux premières puissances économiques mondiales ont brandi ces derniers jours des menaces de nouvelles mesures protectionnistes.
Photo: STR AFP Les deux premières puissances économiques mondiales ont brandi ces derniers jours des menaces de nouvelles mesures protectionnistes.

Le déficit commercial des États-Unis a augmenté moins que prévu en mars et le déficit des biens avec la Chine, au coeur d’âpres négociations commerciales, a nettement baissé, pour tomber à son plus bas niveau depuis trois ans, a annoncé jeudi le département du Commerce.

Le déficit des biens et services s’est établi à 50 milliards de dollars, avec des exportations en hausse de 1 % et des importations en progrès de 1,1 %, selon les données du ministère, qui sont corrigées des variations saisonnières. Fait marquant, le déficit des biens avec Pékin a reculé de 6,2 % à 28,3 milliards. Il faut remonter à avril 2016 pour avoir un niveau inférieur, a-t-on précisé au ministère. Les importations de biens chinois ont diminué de 1,2 % à 38,8 milliards de dollars, soit un plus bas depuis septembre 2016, a indiqué une porte-parole du département du Commerce.

Ces données, qui devraient conforter Donald Trump dans sa stratégie de pression maximale envers la Chine, tombent à point nommé, alors que négociateurs américains et chinois se retrouvent depuis jeudi soir à Washington pour tenter de déminer leur conflit commercial. Les deux premières puissances économiques mondiales, qui avaient observé une trêve depuis le 1er décembre, optimistes quant à leur capacité de nouer un accord, ont brandi ces derniers jours des menaces de nouvelles mesures protectionnistes. Le président américain estime que les États-Unis sont en position de force face à Pékin : la croissance économique au premier trimestre a été plus forte que prévu (+3,2 %) et le taux de chômage (+3,6 %) est au plus bas depuis 1969.

Pour le premier trimestre, le déficit américain a diminué de 3,7 % comparativement à la même période de l’an passé.

Au Canada

Au Canada, le déficit commercial a également diminué en mars grâce à la croissance des exportations, alimentée par le secteur de l’énergie, a indiqué jeudi Statistique Canada. Il s’est élevé à 3,2 milliards, alors qu’il avait été de 3,4 milliards en février, a précisé l’agence fédérale. Les exportations ont augmenté de 3,2 % pour atteindre 49 milliards. Entre-temps, les importations ont augmenté de 2,5 % à 52,3 milliards. Pendant ce temps, l’excédent commercial du Canada avec les États-Unis a atteint 3,6 milliards en mars, contre 3 milliards en février. Les exportations vers les États-Unis ont augmenté de 1,3 %, tandis que les importations en provenance des États-Unis ont diminué de 0,4 %. Cet excédent avec les États-Unis s’est accru pour un troisième mois d’affilée.

« Malgré un déficit plus important que prévu, le rapport sur le commerce international de marchandises de mars contenait de bonnes nouvelles », a indiqué Jocelyn Paquet, analyste à la Financière Banque Nationale. Il retient notamment que les échanges totaux, combinant exportations et importations, ont progressé de 2,8 % en mars, renversant la baisse de 1,5 % comptabilisé le mois précédent. Aussi, hors énergie, les exportations de marchandises ont augmenté à un rythme « honorable » de 2,2 %. L’analyste ajoute l’augmentation des importations de biens de consommation à un record absolu de 10,9 milliards en mars, indiquant un rebond probable de la demande intérieure à la fin du premier trimestre. Néanmoins, « les statistiques du commerce international étaient relativement médiocres pour le premier trimestre, avec un déficit trimestriel total de 10,6 milliards, le plus important enregistré depuis le deuxième trimestre de 2016 », écrit Jocelyn Paquet.