Les CPA toujours plus pessimistes

Le pourcentage de répondants se disant pessimistes face aux perspectives de l’économie canadienne est de 31%.
Photo: Xavier Arnau / Getty Images Le pourcentage de répondants se disant pessimistes face aux perspectives de l’économie canadienne est de 31%.

L’optimisme chez les comptables occupant un poste de direction s’estompe au rythme de l’affaiblissement de l’activité économique. Mais ils demeurent nombreux à croire à la résilience de leur entreprise.

Après trois mois en 2019, ils n’étaient plus que 22 % des comptables professionnels occupant un poste de dirigeant à manifester un optimisme à l’égard de la performance de l’économie canadienne au cours des 12 prochains mois. Ce pourcentage était de 26 % à la fin de 2018, mais de 34 % il y a un an. « En fait, la dernière fois où le niveau d’optimisme était de 21 % remonte au troisième trimestre de 2016 », retient-on du sondage de CPA Canada Tendances conjoncturelles.

À l’opposé, le pourcentage de répondants se disant pessimistes face aux perspectives de l’économie canadienne est de 31 %, contre 35 % à la fin de 2018. Les autres préfèrent rester « dans l’expectative ». « La croissance économique a considérablement ralenti au cours de la dernière année, et l’incertitude liée au contexte politique mondial ne fait que continuer à plomber les perspectives », souligne Joy Thomas, présidente et chef de la direction de CPA Canada.

En revanche, 49 % des répondants affichent un optimisme envers les perspectives de leur entreprise pour les 12 prochains mois. « Ils sont 62 % à prévoir une hausse du chiffre d’affaires, 55 % à prévoir une hausse du bénéfice et 42 % à s’attendre à une augmentation du nombre d’employés. »

Ce sondage a été effectué auprès de 396 comptables, soit 13 % des 4192 qui occuperaient un poste de haut niveau. La marge d’erreur est de plus ou moins 4,6 % au niveau de confiance de 95 %.

Confiance en berne

Ces résultats s’ajoutent aux observations de l’Enquête sur les perspectives des entreprises publiée par la Banque du Canada en avril dernier. On pouvait y lire que la confiance est tombée à son niveau le plus bas en deux ans et demi, poursuivant une glissade amorcée durant le deuxième semestre de 2018.