La hausse du salaire minimum donne des résultats

La hausse du salaire minimum a permis à plus de travailleurs québécois de sortir de la pauvreté.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La hausse du salaire minimum a permis à plus de travailleurs québécois de sortir de la pauvreté.

La hausse du salaire minimum, associée à l’amélioration des prestations sociales, permet à de plus en plus de travailleurs à temps plein québécois de passer au moins le cap du seuil de faible revenu, estime une étude.

La hausse mercredi au Québec du salaire minimum de 50 ¢ pour le faire passer de 12 $ l’heure à 12,50 $ permettra aux couples sans enfants dont un seul membre travaille 35 heures par semaine au salaire minimum de s’offrir enfin ce que Statistique Canada estime être le panier de biens et de services de base. En 2015, ils étaient à un peu plus de 91 % de ce seuil de faible revenu appelé « mesure du panier de consommation » (MPC) et qui tient compte du prix des dépenses en logement, nourriture, vêtements, transport et autres besoins essentiels, rapporte une brève étude de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke dévoilée mardi. Avec la nouvelle augmentation du salaire minimum, ces ménages combleront enfin l’écart et pourront compter sur un revenu disponible qui équivaut à 101 % de la MPC.

Les personnes seules travaillant au salaire minimum à temps plein (35 heures par semaine) avaient déjà 103 % de la MPC en 2015 et passeront à 113 %. Les couples avec deux enfants d’âge scolaire avec un seul revenu (toujours à temps plein au salaire minimum) verront aussi cette proportion augmenter de 102 % à 116 %, alors que les chefs de famille monoparentale passeront de 114 % à 128 %, les couples avec deux emplois et deux enfants de 127 % à 147 %, et les couples sans enfants avec deux revenus de 135 % à 149 %.

Plus que le salaire

Une bonne partie de ces gains, qui se traduisent, selon les cas, par une augmentation réelle du pouvoir d’achat de 8 % à 14 %, découle directement de l’augmentation du salaire minimum, qui était à 10,55 $ de l’heure en 2015, mais pas seulement, a expliqué en entretien téléphonique au Devoir le professeur et chercheur principal à la Chaire de recherche de l’Université de Sherbrooke, Luc Godbout, coauteur de l’étude avec Suzie St-Cerny. L’amélioration de certaines prestations sociales, notamment les allocations fédérales pour enfants, a parfois compté pour presque autant, alors que, dans le pire des cas, moins du tiers de l’augmentation du salaire a dû faire le chemin inverse en se traduisant aussi par des impôts et cotisations plus élevés.

« Cela confirme qu’on ne doit pas se limiter à regarder les revenus et qu’il faut aussi tenir compte de l’effet de la fiscalité et, plus encore, des transferts sociaux », fait valoir Luc Godbout.

Cela confirme qu’on ne doit pas se limiter à regarder les revenus et qu’il faut aussi tenir compte de l’effet de la fiscalité et, plus encore, des transferts sociaux

L’expert se garde bien de voir dans ces résultats la preuve d’une victoire sur la pauvreté. Après tout, la MPC pour la région de Montréal, sur laquelle se basent ses calculs, n’est que de 36 500 $ pour une famille de quatre personnes et de 18 200 $ pour une personne. « On ne mesure ici que l’atteinte d’un seuil de faible revenu. Ce cap est certainement inférieur à ce qu’on considérait le minimum requis pour sortir de la pauvreté. »

Il y a deux ans, le gouvernement du Québec s’est fixé pour objectif d’avoir ramené en 2020 le salaire minimum à l’équivalent de la moitié du salaire horaire moyen. Cette moyenne était de 24,60 $ l’an dernier, et tout indique que l’objectif du gouvernement sera atteint dès cette année, estime la Chaire.

Cette dernière avait comparé l’an dernier, dans une autre étude, le salaire minimum au Québec avec celui des autres provinces canadiennes. Réalisée alors que certains groupes réclamaient que ce salaire soit porté à 15 $ l’heure, l’étude avait conclu qu’à un salaire minimum de 12 $ l’heure, les travailleurs québécois s’en tiraient généralement mieux, par rapport à la MPC, que les travailleurs des autres provinces, y compris celles où le salaire minimum est de 14 $ ou 15 $ l’heure, et en raison notamment d’un coût de la vie inférieur et de politiques de redistribution de la richesse plus généreuses.