En plein virage, Transat A.T. pourrait être vendu

Le voyagiste québécois a annoncé être en discussions préliminaires avec plus d’un joueur entourant une vente potentielle de l’entreprise.
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne Le voyagiste québécois a annoncé être en discussions préliminaires avec plus d’un joueur entourant une vente potentielle de l’entreprise.

En transition dans le but de réduire ses dépenses, améliorer son efficacité et mettre sur pied une chaîne hôtelière sur les plages des destinations soleil, le voyagiste québécois Transat A.T. pourrait être vendu.

La société mère du transporteur aérien Air Transat a confirmé mardi la tenue de discussions avec plusieurs joueurs, ce qui pourrait mener à son acquisition par une autre entreprise — une nouvelle qui a fait décoller son action.

En après-midi, à la Bourse de Toronto, le titre de la compagnie établie à Montréal prenait 2,67 $, ou 47,09 % par rapport à son cours de clôture de lundi, pour se négocier à 8,34 $.

« Je ne peux pas donner d’échéancier (et je n’ai aucune idée) combien de temps cela peut prendre, a déclaré le président et chef de la direction de Transat A.T., Jean-Marc Eustache, en point de presse au terme de l’assemblée annuelle des actionnaires. Je le dis : on est dans le préliminaire. »

Il a expliqué que c’est à la suite de fuites à propos d’une éventuelle vente de la compagnie que le voyagiste a confirmé avoir formé un comité spécial d’administrateurs indépendants.

Plusieurs questions demeuraient toutefois sans réponse, mardi, alors que la direction de Transat A.T. n’a pas voulu dire depuis quand les échanges avaient débuté et refusé de préciser l’identité ainsi que l’origine des intéressés.

Âgé de 70 ans, M. Eustache fait partie, avec l’actuel premier ministre François Legault, des fondateurs d’Air Transat, il y a 33 ans. M. Legault avait quitté l’entreprise et vendu sa participation en 1997 avant de faire le saut dans l’arène politique.

« J’ai eu un gros pincement au cœur lorsque l’on m’a informé lundi après-midi, a dit le premier ministre, en point de presse à Québec. C’est une nouvelle qui me préoccupe. »

M. Legault, dont le gouvernement a annoncé un fonds de 1 milliard $ afin de protéger les sièges sociaux québécois, a indiqué que l’on « va tout faire pour garder » le siège social du voyagiste dans la province.

Plus de place
Les discussions entourant une éventuelle vente surviennent alors que le gouvernement fédéral a permis de rehausser, à 49 pour cent, le plafond de la participation étrangère dans une compagnie aérienne. Les actionnaires de Transat. A.T. ont d’ailleurs accepté une résolution en ce sens lors du rendez-vous annuel.

« La loi sur le transport aérien ne permet pas à un étranger de s’emparer (totalement) de la compagnie, a répondu M. Eustache lorsque questionné sur l’avenir du siège social. La compagnie doit rester obligatoirement canadienne. »

Alors qu’elle a affiché des résultats décevants en 2018 — dont une perte ajustée de 24,5 millions $ — Transat A.T. poursuit son virage dans le but de mettre sur pied un réseau d’hôtels sur les plages des destinations soleil, dans l’espoir de mieux positionner l’entreprise, à compter de 2021-2022, face à la concurrence accrue de rivales comme Air Canada Rouge, Vacances WestJet et Sunwing Airlines.

De plus, la société est en train de convertir sa flotte, notamment en introduisant des Airbus A321neoLR, ce qui devrait contribuer à diminuer ses coûts. Sur cinq ans, l’objectif est de 150 millions de dollars.

« On avait dit que 2019 serait difficile, a dit M. Eustache. C’est l’année de transition où nous sommes au plus bas. Nous avons dit que l’on reviendrait en force en 2021 et 2022. Nous souffrons en attendant. »

L’action de l’entreprise, qui se négociait à plus de 11 $ au début de 2018, ne valait que 5,67 $ lundi, à la clôture de la Bourse de Toronto, ce qui lui conférait une valeur boursière d’environ 215 millions $.

M. Eustache n’a pas caché qu’une société dont le titre se négocie à un cours moins élevé et qui dispose d’un niveau de liquidités intéressant — 620 millions de dollars en date du 31 janvier — pouvait être ciblée par d’éventuels acquéreurs.

D’ailleurs ?
D’après Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, les joueurs qui ont l’œil sur Transat A.T. pourraient être les mêmes qui envisageaient de mettre la main sur le géant britannique Thomas Cook. Citant un article de l’agence Reuters, l’analyste a évoqué les noms de la firme américaine KKR et le groupe suédois EQT Partners.

De plus, même si le cours de l’action de Transat A.T. a grimpé, M. Poirier a estimé qu’il était toujours bien en deçà de la « valeur intrinsèque » du titre de la société, qu’il estime à 12 $.

« Une transaction serait potentiellement une bonne nouvelle pour les consommateurs puisqu’il y aurait un troisième joueur solide (avec Air Canada et WestJet) au Canada, a estimé le professeur Karl Moore, du département de gestion de l’Université McGill. Cela favoriserait la concurrence. »

Le principal actionnaire du voyagiste — qui compte quelque 5000 employés — est la firme Letko, Brosseau et associés, avec une participation de 18,14 pour cent, devant le Fonds de solidarité FTQ, propriétaire à hauteur de 11,58 %. La Caisse de dépôt et placement du Québec détient également une participation de 5,84 pour cent.