L’Alberta face à ses choix

L'Alberta demeure dépendante d’une économie accrochée à une réalité pétrolière, subissant l’influence du schiste américain.
Photo: Cole Burston La Presse canadienne L'Alberta demeure dépendante d’une économie accrochée à une réalité pétrolière, subissant l’influence du schiste américain.

Dans ses projections publiées le 27 février dernier, le ministre des Finances de l’Alberta s’enorgueillissait d’offrir aux résidents de sa province le fardeau fiscal le plus faible au Canada. En se comparant aux autres, si l’Alberta avait appliqué les mêmes taxes et autres charges fiscales que celles en vigueur au Québec, les particuliers et entreprises de cette province auraient injecté 20,6 milliards de plus dans les coffres de l’État en 2018-2019, a-t-il calculé. Le gouvernement albertain estimait ses revenus pour cet exercice à un peu moins de 50 milliards. Faisons le calcul.

À la tête d’un gouvernement majoritaire, Jason Kenney revient avec la menace de l’assèchement de la péréquation aux provinces bénéficiaires qui ne consomment pas le pétrole albertain. Selon les propos du chef du Parti conservateur uni recueillis par Radio-Canada, « si le Québec et les autres provinces veulent accepter des transferts massifs venant de l’Alberta, s’il vous plaît, aidez-nous pour le développement de notre économie », exhorte ce défenseur de l’énergie pétrolière et farouche partisan d’un déploiement tous azimuts des pipelines.

M. Kenney devrait, d’abord, comprendre que la péréquation est un programme fédéral de paiements de transfert, puisés à même les impôts fédéraux, visant à combler les écarts de capacité de prélèvement fiscal entre les provinces selon une moyenne établie, dans le but d’assurer le même niveau de services publics à l’échelle canadienne. Si le Québec en est le grand bénéficiaire en valeur absolue, c’est en raison de son poids démographique. Par habitant, il ferme la marche loin derrière l’Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, près du Manitoba.

M. Kenney devrait aussi réaliser que le profil de l’approvisionnement pétrolier au Québec a changé radicalement depuis cinq ans. Rappelons ce petit graphique publié en octobre dernier par la Banque Nationale nous apprenant qu’en 2012, à peine 1 % du pétrole raffiné au Québec provenait des États-Unis et 8 % du Canada, l’Algérie (41 %) et divers autres pays producteurs (50 %) comptant pour l’essentiel des sources d’alimentation. Tout était inversé en 2017. L’approvisionnement en pétrole venait à 44 % du Canada, à 37 % des États-Unis, l’Algérie et les autres ne comptant plus que pour 11 % et 8 % respectivement. Ce faisant, 81 % du pétrole raffiné au Québec vient de sources nord-américaines.

Pétrole à escompte

M. Kenney pourrait aussi revenir aux choix des gouvernements précédents d’offrir aux Albertains le fardeau fiscal le plus faible au Canada. Pour 2018, le taux d’impôt provincial débute à 10 % pour la première tranche de 128 145 $ de revenu imposable, pour atteindre 15 % dans le dernier palier. Au Québec, le taux est de 15 % pour la première tranche de 43 055 $ de revenu imposable, pour atteindre 25,75 % dans la branche supérieure. L’Alberta n’exige toujours que la taxe de vente fédérale de 5 %, contre un taux combiné de 14,975 % au Québec. Dans sa révision budgétaire publiée le 27 février dernier, le ministre des Finances jouait, d’ailleurs, cette carte de l’avantage fiscal pour souligner que si l’Alberta avait appliqué le système retenu ailleurs au Canada, particuliers et entreprises auraient payé au moins 11,2 milliards d’impôts et taxes de plus au cours de l’exercice 2018-2019, 20,6 milliards de plus si les Albertains avaient été soumis au système fiscal québécois. Sur des revenus budgétaires de près de 50 milliards, la sensibilité est plus que palpable !

Et que dire de cette dépendance d’une économie demeurée accrochée à une réalité pétrolière subissant l’influence du schiste américain ? Une économie albertaine peu diversifiée, s’en remettant à une ressource non renouvelable se vendant avec un escompte chronique fluctuant sous l’abondance de l’offre américaine de schiste, au rythme de l’engorgement des oléoducs et de la capacité des raffineries à traiter le pétrole de mauvaise qualité issu des sables bitumineux. Un escompte traduisant un désaveu environnemental toujours plus étendu. En décembre dernier, le prix du Western Canadian Select touchait un creux sous les 6 $US le baril, à un écart de près de 44 $US avec la référence texane WTI. Il a fallu l’imposition d’une limite de production pour le ramener aujourd’hui autour des 55 $US le baril, soit 9 $US sous le WTI.

À chacun ses priorités.