Postes Canada s’attend à des pertes soutenues

Postes Canada estime qu’elle devra emprunter environ 500 millions supplémentaires d’ici 2023 pour couvrir ses besoins en capital.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Postes Canada estime qu’elle devra emprunter environ 500 millions supplémentaires d’ici 2023 pour couvrir ses besoins en capital.

Postes Canada estime qu’elle aura du mal à dégager des bénéfices dans les années à venir, malgré l’essor des livraisons de colis, en raison de la baisse continue du courrier, de la hausse des coûts liés aux employés et de milliards de dollars de dépenses en immobilisations.

Dans ses prévisions d’entreprise déposées discrètement au Parlement, la société d’État dit s’attendre à réaliser de « modestes » bénéfices compris entre 10 millions et 125 millions entre 2019 et 2023. Ces profits seront cependant principalement tirés des activités de sa filiale Purolator, tandis que le segment de base de Postes Canada affichera des pertes.

Le plan quinquennal estime que Postes Canada devra investir 3,6 milliards pour arriver à suivre la cadence de la croissance des livraisons du commerce électronique, tout en se modernisant pour répondre aux attentes des expéditeurs et des clients et rester concurrentielle. Entre-temps, les coûts liés aux employés augmentent, notamment à cause d’une décision d’équité salariale en milieu rural l’automne dernier, pointée comme la principale cause d’une perte estimée à 264 millions en 2018. Cette décision devrait en outre entraîner une augmentation des coûts annuels de 140 millions.

Postes Canada estime qu’elle devra emprunter environ 500 millions supplémentaires d’ici 2023 pour couvrir ses besoins en capital et effectuer des paiements spéciaux pour la solvabilité du régime de retraite de ses employés, qui devraient commencer à plus de 500 millions en 2020 et totaliser plus de 1,8 milliard d’ici 2023.

La société prévoit une perte de 22 millions pour son secteur des bureaux de poste en 2019, tandis que ses recettes totales devraient progresser de 3,5 %, soit 234 millions, pour atteindre 7 milliards. Une croissance de 13 % des volumes de livraisons de colis au pays devrait être contrebalancée par une baisse d’environ 5 % de l’activité du courrier poste-lettres.

264 millions
C’est la perte estimée de Postes Canada en 2018.

Le document indique que Postes Canada a dépensé environ 4,7 millions pour démanteler 2280 emplacements de boîtes aux lettres communautaires dans 12 municipalités où elle avait commencé, sans l’achever, la conversion de la livraison à domicile, après que le gouvernement libéral a ordonné l’annulation de ce programme.

« Même si Postes Canada se trouve dans une situation financièrement viable aujourd’hui, la croissance prévue des revenus des colis ne sera pas suffisante pour que le secteur Postes Canada soit rentable tout au long de la période de ce plan, et elle ne sera pas suffisante pour rendre Postes Canada autonome sur le plan financier à long terme », indique le document.

Pendant ce temps, chez Netflix…

Dans un autre secteur d’activité, un autre distributeur fait état d’un univers favorable. Netflix évoquait plutôt l’essor de sa popularité. Pourtant, le service de vidéos sur demande du distributeur a mis en place ses plus fortes augmentations de prix aux États-Unis et se prépare à affronter de nouveaux concurrents, Walt Disney et Apple, deux des marques les plus populaires au monde. Le service vidéo a ajouté 9,6 millions d’abonnés dans le monde au cours des trois premiers mois de l’année, ce qui dépasse les prévisions de la direction de Netflix et des analystes. Netflix comptait près de 149 millions d’abonnés à la fin mars.

Les performances de Netflix pourraient aider à atténuer les inquiétudes liées à la récente hausse de prix qu’il a imposée à ses abonnés américains. Le prix de son plan le plus populaire est passé de 11 $US à 13 $US par mois (une augmentation similaire a aussi été introduite au Canada).

Netflix a affiché mardi un bénéfice du premier trimestre de 344,1 millions $US, soit 76 ¢US par action. Les revenus de l’entreprise de Los Gatos, en Californie, ont atteint 4,52 milliards au plus récent trimestre. Pour le trimestre en cours, qui prendra fin en juillet, Netflix dit s’attendre à des revenus d’environ 4,93 milliards.


Avec Associated Press​