La Caisse de dépôt réduit ses placements

La Caisse de dépot et placement du Québec ne détient plus d’action de Kinder Morgan Canada.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne La Caisse de dépot et placement du Québec ne détient plus d’action de Kinder Morgan Canada.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a réduit la taille de ses placements dans plusieurs entreprises du secteur des combustibles fossiles en 2018, une année marquée par les maux de tête de certains producteurs pétroliers en raison de la volatilité du cours du pétrole canadien.

Selon des données publiées mardi en marge du rapport annuel de la Caisse, qui tente de réduire l’empreinte carbone de ses portefeuilles de 25 % d’ici 2025, l’institution a aussi diminué sa présence dans quelques sociétés du secteur des oléoducs et des gazoducs.

Entre autres, le document révèle que la Caisse ne détient plus aucune action de Kinder Morgan Canada, dans laquelle elle a investi en 2017 lorsque la compagnie s’est inscrite en Bourse afin de financer le projet d’agrandissement de son oléoduc Trans Mountain. Ce dernier a été vendu au gouvernement fédéral l’an dernier.

Toutes ces informations accompagnent le rapport annuel 2018, officiellement déposé mardi à l’Assemblée nationale, dans un document intitulé « Renseignements additionnels ». Il s’agit d’une liste exhaustive des actions, obligations et biens immobiliers que possédait la Caisse au 31 décembre 2018.

Sa participation dans le producteur Suncor, un des plus grands acteurs des sables bitumineux, est passée de 800 millions à 460 millions après une baisse de 30 % du nombre d’actions détenues en portefeuille. Les actions de la Caisse dans Canadian Natural Resources, un autre joueur albertain, ont diminué de 21 %, ramenant son placement de 833 millions à 480 millions.

Quant au bloc de la Caisse dans Enbridge, un gestionnaire de pipelines, il s’est replié de 907 millions à 719 millions en raison d’une baisse de 8 % du nombre d’actions.

Pétrole canadien en baisse

Le document « Renseignements additionnels » ne fournit aucune information quant au moment de la réduction des blocs de participation, ni ne donne de détails sur le prix obtenu lors de la vente.

Pour les entreprises du secteur pétrolier présentes dans les sables bitumineux, l’année 2018 a été marquée par une chute du cours du pétrole canadien, l’écart avec le West Texas Intermediate, référence américaine, s’est rapidement creusé au milieu de l’année pour atteindre plus de 45 $US à l’automne. Ces jours-ci, l’écart est d’environ 9 $ ou 10 $.

Pour faciliter la vente de ce qui est produit sur son territoire et réduire l’écart de prix, le gouvernement albertain a décidé cet hiver d’investir 3,7 milliards dans le secteur ferroviaire — louer 4400 wagons — afin de transporter le pétrole vers les autres marchés.

La Caisse a annoncé en octobre 2017 une stratégie visant à réduire de 25 % l’empreinte carbone de chaque dollar investi. À l’époque, son président Michael Sabia avait précisé que l’institution souhaitait augmenter de 16 à 24 milliards les actifs « sobres en carbone » de la Caisse d’ici 2020. Les équipes de placements auraient ainsi à devoir respecter des « budgets carbone ».

La Caisse a déjà réduit son empreinte de 10 %, a-t-elle indiqué il y a quelques semaines dans son deuxième « Rapport d’investissement durable ». Elle a ajouté 10 milliards d’actifs sobres en carbone au cours de 2018. L’objectif est désormais d’atteindre 32 milliards d’ici 2020. Cet ajout s’explique entre autres par un investissement supplémentaire dans Invenergy Renewables, la société québécoise Boralex et l’acquisition d’actifs solaires et éoliens d’Enel Green au Mexique.

La coalition Sortons la Caisse du carbone a salué les progrès, mais estimé que le gestionnaire de caisses de retraite et d’assurance « doit aller plus loin ».

L’étude des crédits budgétaires qui a récemment débuté à l’Assemblée nationale est généralement une occasion pour les élus d’interroger le président de la Caisse, Michael Sabia, au sujet des orientations de l’institution. Il est déjà prévu que le volet « Caisse de dépôt et placement » du ministère des Finances aura lieu le 2 mai.