L’incertitude persiste quant à la reprise des vols du 737 MAX

Southwest Airlines, plus grand utilisateur du 737 MAX, a annoncé retirer ses 34 avions de son programme de vol jusqu’au 5 août, ce qui concernera 160 vols quotidiens.
Photo: Mark Ralston Agence France-Presse Southwest Airlines, plus grand utilisateur du 737 MAX, a annoncé retirer ses 34 avions de son programme de vol jusqu’au 5 août, ce qui concernera 160 vols quotidiens.

Boeing multiplie les essais en vol de son logiciel antidécrochage mis à jour et les clients exploitant le 737 MAX s’activent en le testant par simulateur. Mais le flou persiste quant à la reprise des vols.

Ainsi, Southwest Airlines, plus grand utilisateur du 737 MAX, a annoncé retirer ses 34 avions de son programme de vol jusqu’au 5 août, ce qui concernera 160 vols quotidiens. Selon les estimations publiées vendredi, 10 000 vols transportant 1,8 million de passagers seront éliminés d’ici au 5 août, en plein coeur de la haute saison estivale aux États-Unis.

Dans la foulée, l’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) a tenu une réunion vendredi à Washington avec les compagnies aériennes exploitant le Boeing 737 MAX, cloué au sol depuis mi-mars après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts. Cette réunion visait des représentants de la sécurité d’American Airlines, de SouthWest et de United, ainsi que leurs syndicats de pilotes. Son but est de collecter les faits, les informations pour comprendre leurs points de vue, alors que la FAA est en train de déterminer ce qui doit être fait avant d’autoriser à nouveau l’avion à voler, a indiqué la FAA dans un courriel. Pour leur part, les pilotes ont insisté sur l’intensité de la formation requise.

La FAA a formé récemment un groupe d’action composé de la NASA et des autorités internationales de l’aviation civile pour l’aider à certifier le correctif du système antidécrochage MCAS équipant le 737 MAX développé actuellement par Boeing. Dennis Muilenburg, le p.-d.g. de Boeing, a assuré jeudi que les changements sur lesquels travaille l’avionneur vont rendre le 737 MAX « plus sûr en évitant des informations erronées entre les deux sondes d’incidence ».

M. Muilenburg, qui s’exprimait pour la première fois en public depuis le drame d’Ethiopian Airlines, lors d’une conférence organisée à Dallas par l’ancien président George W. Bush, a aussi indiqué que Boeing avait effectué 96 essais en vol du 737 MAX modifié et que les pilotes avaient pris part à plus de 159 heures de tests. Il a ajouté que 67 % de la cinquantaine de compagnies qui exploitent l’appareil ont testé par simulateur le logiciel mis à jour par l’avionneur et que ces tests se poursuivront dans les prochaines semaines.

Parallèlement est prévu un échange avec les régulateurs de l’aviation de Chine, d’Europe, du Canada, du Brésil, de l’Indonésie, d’Éthiopie et d’autres pays, ajoute l’agence Reuters.

Au Canada, Air Canada, plus grand exploitant du 737 MAX avec 24 appareils dans sa flotte, a annoncé le 2 avril une mise à jour de son horaire d’avril et de mai pour optimiser son parc aérien et réacheminer ses clients. « Puisque la date de la reprise de l’exploitation des 737 MAX n’est pas connue […] Air Canada retire ce type d’appareil de ses horaires au moins jusqu’au 1er juillet », a précisé le transporteur. Les vols assurés par cet appareil transportaient en moyenne entre 9000 et 12 000 passagers par jour, a-t-il ajouté.