Le plan libéral a peu d’impact sur les prix

La Société canadienne d’hypothèques et de logement va fournir aux acheteurs admissibles jusqu’à 1,25 milliard sur trois ans via un programme, auquel pourraient participer environ 100 000 premiers acheteurs, estime le gouvernement Trudeau.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La Société canadienne d’hypothèques et de logement va fournir aux acheteurs admissibles jusqu’à 1,25 milliard sur trois ans via un programme, auquel pourraient participer environ 100 000 premiers acheteurs, estime le gouvernement Trudeau.

La Société canadienne d’hypothèques et de logement calcule que les nouvelles mesures visant à aider les acheteurs d’une première propriété ne feront pas grimper les prix de plus de quelques dixièmes de point de pourcentage.

Dans son rapport, la SCHL fait valoir que les prix des maisons pourraient augmenter de 0,2 % à 0,4 % — une bien petite hausse en regard de celles qu’auraient pu entraîner d’autres idées qui ont été proposées aux libéraux pour rendre les logements plus abordables.

Selon l’agence, assouplir la simulation de crise pour l’assurance prêt hypothécaire ou autoriser de plus longs prêts hypothécaires aurait fait augmenter les prix des logements de cinq à six fois plus que les mesures prévues dans le budget du mois dernier.

De 0,2% à 0,4%
C’est l’augmentation du prix des maisons que devraient causer les nouvelles mesures d’accès à la propriété du gouvernement Trudeau, selon la SCHL

Dans son budget de mars dernier, le ministre des Finances, Bill Morneau, a indiqué que par l’entremise de la SCHL, Ottawa va permettre à ces acheteurs de souscrire à un prêt hypothécaire totalisant 10 % d’une nouvelle propriété ou 5 % d’une propriété existante afin d’augmenter la mise de fonds qu’ils avaient l’intention de faire. Ils n’auraient pas à effectuer de versements mensuels sur ce prêt additionnel et pourraient rembourser le prêt seulement à la revente, mentionne le budget Morneau. La SCHL va fournir aux acheteurs admissibles jusqu’à 1,25 milliard sur trois ans pour ce programme, auquel pourraient participer environ 100 000 premiers acheteurs, estime le gouvernement Trudeau. Les règles prévoient toutefois que les ménages admissibles devront avoir un revenu inférieur à 120 000 $ par année. De plus, « l’hypothèque assurée du participant et le montant de l’incitatif ne peuvent pas représenter plus de quatre fois le revenu annuel du participant ».

En dépit des limites imposées au programme, la SCHL affirme qu’il peut fonctionner dans tous les marchés, y compris ceux de Vancouver et Toronto.

Avec Le Devoir