Cenovus recommande le rejet d’une proposition sur la réduction de GES

Le président et chef de la direction de Cenovus, Alex Pourbaix
Photo: Jeff McIntosh La Presse canadienne Le président et chef de la direction de Cenovus, Alex Pourbaix

Le producteur de sables bitumineux Cenovus Energy recommande aux investisseurs de voter contre une proposition d’actionnaire soumise par le Fonds de solidarité des travailleurs du Québec lui demandant de fixer des cibles de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (GES) conformes aux objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

La proposition obligerait Cenovus à se fixer des cibles à moyen et à long terme pour ses émissions directes et indirectes de méthane et d’autres GES liées à l’exploitation. Celles-ci devraient être « quantitatives, révisées périodiquement, et les progrès réalisés […] devraient être annoncés aux actionnaires chaque année », fait valoir le Fonds de solidarité FTQ dans sa proposition.

Le texte de la proposition se trouve dans la circulaire de sollicitations de procurations de l’entreprise, publiée en vue de l’assemblée annuelle de ses actionnaires, prévue le 24 avril à Calgary. Il suggère que Cenovus a renoncé à sa promesse de 2016 de réduire de 33 % l’intensité de ses émissions totales de GES en amont d’ici 2026.

Le Fonds de solidarité FTQ est l’un des codéposants d’une proposition similaire présentée à la pétrolière américaine ExxonMobil cette année.

Dans sa réponse à la proposition, Cenovus fait valoir que cette demande est « trop exigeante », car l’objectif de l’Accord de Paris consistant à limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale à moins de deux degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels nécessiterait un plan intégré aux niveaux national et mondial. La société se dit d’accord avec l’esprit de la proposition, mais pas avec son approche. Elle ajoute qu’elle a réduit ses émissions de GES par baril d’environ un tiers depuis 2004, et qu’elle est soumise à la réglementation de l’Alberta relative à la réduction des émissions de méthane attribuables aux activités liées aux sables bitumineux.

« Nous croyons qu’il est préférable que Cenovus se concentre sur ses mesures de rendement environnemental, notamment le niveau d’intensité des émissions GES, conformément aux plans d’affaires dans lesquels les priorités sont une croissance ordonnée et une affectation des capitaux rigoureuse, priorités que la société a promis de respecter à ses actionnaires », a indiqué la société dans le document.