Le nombre de postes vacants a augmenté au pays au quatrième trimestre

La hausse la plus marquée a été observée au Nouveau-Brunswick, où les employeurs ont dit avoir 2100 (29,9%) postes vacants de plus par rapport au quatrième trimestre de 2017.
Photo: Alain Jocard Agence France-Presse La hausse la plus marquée a été observée au Nouveau-Brunswick, où les employeurs ont dit avoir 2100 (29,9%) postes vacants de plus par rapport au quatrième trimestre de 2017.

Le nombre de postes vacants et le taux de postes vacants ont tous deux augmenté au quatrième trimestre, ce qui marque une neuvième hausse consécutive d’une année à l’autre, rapportait Statistique Canada, lundi.

Du quatrième trimestre de 2017 au quatrième trimestre de 2018, le nombre et le taux de postes vacants ont augmenté dans toutes les provinces, sauf en Saskatchewan.

Le nombre de postes vacants a augmenté dans la majorité des régions économiques et s’est accru dans les dix principaux secteurs d’activité. Les hausses les plus marquées du nombre de postes vacants ont été observées en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique.

27,5 %
C’est la hausse des postes vacants au Québec de 2017 à 2018, au quatrième trimestre.

« Il ne serait pas exagéré de dire que le marché du travail est serré », a écrit dans une note d’analyse Krishen Rangasamy, économiste à la Banque Nationale. Le taux de chômage touche presque des creux records et l’emploi dans le secteur privé n’a jamais crû aussi vite, a-t-il mentionné. « Bien qu’on puisse s’attendre à ce que la création d’emplois revienne à des niveaux plus durables, il y a encore de la place pour de l’amélioration dans le marché du travail. »

Le nombre de postes vacants au Québec a inscrit une hausse de 25 000 (27,5 %) d’une année à l’autre au quatrième trimestre. La province a ainsi enregistré le troisième taux de croissance des postes vacants parmi les provinces, derrière l’Île-du-Prince-Édouard (hausse de 58,1 %) et le Nouveau-Brunswick (hausse de 29,9 %).

Santé et commerce de détail

La hausse du nombre de postes vacants au Québec s’est principalement concentrée dans les secteurs de la santé et de l’assistance sociale, du commerce de détail et de la fabrication. Le taux de croissance d’une année à l’autre le plus élevé, soit de 59,3 %, a été observé dans le secteur de la construction.

En Ontario, le nombre de postes vacants a augmenté de 27 000 (14,1 %) comparativement au quatrième trimestre de 2017. Cette hausse a été répartie entre plusieurs secteurs. Les soins de santé et l’assistance sociale, les services administratifs et de soutien et la construction ont été à l’origine de plus de la moitié de la croissance du nombre de postes vacants dans la province.

Du côté des provinces de l’Atlantique, les employeurs ont déclaré avoir plus de postes vacants, comparativement au quatrième trimestre de 2017.

La hausse la plus marquée a été observée au Nouveau-Brunswick, où les employeurs ont dit avoir 2100 (29,9 %) postes vacants de plus par rapport au quatrième trimestre de 2017. De plus, le nombre de postes vacants a augmenté en Nouvelle-Écosse (1000 de plus ou 10,3 %), à Terre-Neuve-et-Labrador (900 de plus ou 25,6 %) et à l’Île-du-Prince-Édouard (800 de plus ou 58,1 %).

Ces hausses ont coïncidé avec les baisses du taux de chômage enregistrées du quatrième trimestre de 2017 au quatrième trimestre de 2018 dans trois de ces quatre provinces (le taux de chômage a peu varié au Nouveau-Brunswick), selon les données de Statistique Canada.

Avec Le Devoir