Air Canada suspend ses prévisions pour 2019

L’interdiction de vol touchant les Boeing 737 MAX coûte chaque jour 2,7 millions à Air Canada.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne L’interdiction de vol touchant les Boeing 737 MAX coûte chaque jour 2,7 millions à Air Canada.

L’interdiction de vol qui frappe les Boeing 737 MAX force Air Canada à suspendre ses prévisions financières pour le premier trimestre, de même que pour l’année 2019 au complet.

Le transporteur basé à Montréal, qui compte 24 de ces nouveaux appareils dans sa flotte, a affirmé vendredi que « l’incertitude actuelle » a pour effet de jeter de l’ombre sur les perspectives qu’il a récemment publiées à l’intention des investisseurs.

« Air Canada suspend toutes les prévisions financières qu’elle a fournies le 15 février 2019 et le 28 février 2019 eu égard à l’exercice 2019 », a indiqué la société, dont la flotte principale comprend 190 avions (excluant les filiales régionales et Rouge).

La compagnie, qui a cloué ses avions au sol mercredi après les directives de Transports Canada et de la Federal Aviation Administration des États-Unis, fournira des mises à jour lorsque l’évolution de la situation le justifiera.

Lors de la présentation de ses perspectives 2019, le 28 février, Air Canada prévoyait entre autres que pour la période 2019-2021, le pourcentage du bénéfice avant impôts, intérêts et autres éléments par rapport à ses produits d’exploitation serait de 19 % à 22 %. Le transporteur a précisé vendredi que ses prévisions pour 2020 et 2021 sont toujours valides.

Lettre aux employés

Cette annonce fait suite à la lettre que son président, Calin Rovinescu, a écrite à l’intention des employés jeudi et dont le contenu a été éventé par Radio-Canada. « Bien que nous n’ayons aucune façon de savoir quel sera le résultat final ni combien de temps ces appareils seront cloués au sol, pour l’instant, nous annulons tous les vols de notre flotte de Boeing 737 MAX pour les trois semaines à venir », a indiqué le grand patron.

« Nous continuerons à modifier notre plan et demeurerons en contact avec vous ainsi qu’avec nos clients », ajoute M. Rovinescu.

Sur son site Internet, Air Canada précise que « nous exploitons environ 75 vols de 737 MAX de Boeing chaque jour, sur un total d’environ 1600 vols quotidiens prévus à l’échelle du réseau, ce qui représente moins de six pour cent du nombre total de vols ». Outre les 190 avions de sa flotte principale, le transporteur exploite 149 appareils au sein de ses filiales régionales, et 53 appareils pour les destinations desservies par Air Canada Rouge.

Les vols reposant sur l’utilisation des 737 MAX transportent entre 9000 et 12 000 personnes par jour, a indiqué Air Canada mercredi en réaction à l’annonce du ministre des Transports, Marc Garneau.

Selon un analyste de la firme Raymond James cité par divers médias, l’interdiction coûte chaque jour 2,7 millions à Air Canada, et environ 1 million à WestJet. Le transporteur basé dans l’Ouest canadien compte 13 de ces appareils. Le seul autre transporteur canadien à avoir acheté et reçu des Boeing MAX est Sunwing, qui en compte quatre.

Les transporteurs touchés ont indiqué mercredi qu’ils tenteraient de réacheminer les passagers le plus rapidement possible, Air Canada précisant toutefois que le volume d’appels prévu dans les centres de service serait important et que les clients auraient à faire preuve de patience pour parler à quelqu’un.

À la Bourse de Toronto, l’action d’Air Canada a terminé la séance de vendredi à 31,66 $, en baisse de 0,7 %. Celle de WestJet a reculé de 0,6 %, à 19,64 $.