Hausse de rémunération chez les patrons des cinq grandes banques

Bharat Masrani (sur la photo ci-dessus), a obtenu la rémunération totale la plus élevée pour la période de 12 mois terminée le 31 octobre, soit 15,3 millions.
Photo: Chris Young La Presse canadienne Bharat Masrani (sur la photo ci-dessus), a obtenu la rémunération totale la plus élevée pour la période de 12 mois terminée le 31 octobre, soit 15,3 millions.

Les patrons des cinq plus grandes banques du Canada ont perçu collectivement une rémunération totale d’environ 63,2 millions au cours de l’exercice 2018, ce qui représente une augmentation d’environ 12 % par rapport à l’exercice précédent.

Selon les données contenues dans les circulaires de sollicitation de procurations des banques, le chef de la direction de la Banque TD, Bharat Masrani, a obtenu la rémunération totale la plus élevée pour la période de 12 mois terminée le 31 octobre, soit 15,3 millions. Cela comprend des éléments tels que le salaire de base, les primes de performance et la valeur de la pension. Il s’agit d’une hausse d’environ 23 % par rapport à la rémunération totale de 12,4 millions de M. Masrani pour l’exercice 2017 — la plus forte hausse parmi les cinq patrons pour le plus récent exercice terminé.

12%
C’est la hausse approximative du total des salaires des cinq patrons, entre 2017 et 2018.

Dave McKay, chef de la direction de la Banque Royale du Canada, a profité de la plus importante rémunération totale après celle de M. Masrani, la sienne ayant grimpé de 8 % pour atteindre 14,5 millions. Il était suivi de Brian Porter, de la Banque Scotia, avec une rémunération de 13,3 millions, en hausse de 3,2 % par rapport à l’exercice précédent.

Le patron de la Banque de Montréal, Darryl White, a reçu une rémunération totale de 10,1 millions pour son premier exercice complet à la tête de l’institution financière, soit une hausse de 22 % par rapport à l’exercice 2017. Le chef de la direction de la Banque CIBC, Victor Dodig, a pour sa part reçu une rémunération totale d’environ 10 millions pour l’exercice 2018, en hausse de 6,5 % par rapport à l’année précédente.

En excluant la valeur des régimes de retraite et d’autres éléments divers de rémunération, les cinq banquiers ont perçu une rémunération directe totale d’environ 54,7 millions, ce qui représentait une hausse d’environ 6,5 % par rapport à l’exercice 2017.