Lion lance le premier camion entièrement électrique

Le premier Lion8, qui prendra la route l’automne prochain, a déjà trouvé son acheteur, la Société des alcools du Québec.
Photo: Pierre Saint-Arnaud Le premier Lion8, qui prendra la route l’automne prochain, a déjà trouvé son acheteur, la Société des alcools du Québec.

Les centres urbains risquent d’être progressivement envahis par des camions d’un type nouveau. La Compagnie Électrique Lion, de Saint-Jérôme, a dévoilé lundi le premier camion de classe 8 entièrement électrique. Le Lion8 est un camion dix-roues à usage urbain doté d’une autonomie de 400 kilomètres. « On s’est concentrés sur le “moins de 400 kilomètres” », a expliqué le président et fondateur de Lion, Marc Bédard.

« Il y a de 300 000 à 400 000 camions de classe 8 qui se vendent chaque année en Amérique du Nord, dont 45 % vont faire moins de 400 kilomètres. C’est un énorme marché », a-t-il fait valoir. Marc Bédard, dont les autobus d’écoliers tout électriques sillonnent les routes du Québec depuis quelques années, s’attend à une forte demande alors qu’il sera jusqu’à nouvel ordre le seul constructeur nord-américain de camions 100 % électriques.

Véhicule adaptable

Le premier Lion8, qui prendra la route l’automne prochain, a déjà trouvé son acheteur, la Société des alcools du Québec, qui utilise ce genre de camion pour la livraison en ville, surtout auprès des restaurateurs. Le véhicule est toutefois très adaptable et peut avoir une caisse réfrigérée, être équipé d’une nacelle, d’une benne électrique, de l’équipement pour le ramassage de rebuts ou de recyclage, etc.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, s’est félicité de l’apport du gouvernement du Québec, qui a consacré 8,6 millions au soutien du développement de ce camion, dont la mise en production « contribuera à créer plus de 1000 emplois sur 10 ans, a-t-il dit. Ces emplois représentent près du quart des emplois actuels — 4400 à peu près — dans l’industrie du camion, des autobus et des autocars au Québec. »

Le coût d’achat d’un Lion8 est sensiblement plus élevé que celui d’un camion de classe 8 au diesel, mais cet écart se résorbera rapidement, selon le fabricant. On évalue que le coût énergétique du Lion8, avec la recharge, représente une économie de 80 % par rapport au carburant, qui constitue la plus importante dépense des exploitants de flottes.

Les coûts d’entretien, également, sont évalués à 40 % de ceux d’un camion diesel ordinaire « parce qu’il n’y a pas de système d’échappement, pas de filtre à particules, pas de transmission, pas d’huile de moteur, etc. Le système de freinage régénératif permettra d’allonger la durée de vie des freins d’environ trois fois », a-t-il énuméré.