Dénigrement, saveur SNC

Le dénigrement systématique du Québec par le reste du Canada s’appuie uniquement sur l’adresse d’un siège social.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le dénigrement systématique du Québec par le reste du Canada s’appuie uniquement sur l’adresse d’un siège social.

Voir le gouvernement fédéral libéral propulsé dans une crise par un fleuron d’une « province » portée sur la corruption… Le reste du Canada rate rarement l’occasion de casser du sucre sur le dos du Québec et l’« affaire SNC-Lavalin » a été facilement récupérée à cette fin. Pourtant…

Sans autre discernement entre personne morale et personne physique, 55 % des Canadiens affirment que les accusations de fraude et de corruption contre SNC-Lavalin devraient faire l’objet d’un procès criminel, selon un sondage réalisé par Nanos Survey dévoilé en début de semaine. Autrement, 35 % des répondants préféreraient des mesures de redressement, et 10 % ne savent pas encore que penser. Les réponses québécoises sont plus divisées, mais contrastent tout de même, avec 48 % optant pour des mesures de redressement et 41 % se disant favorables à un procès, pour 11 % d’indécis.

Il y a écart entre le Québec et le reste du Canada sur l’avenir du géant de l’ingénierie. Un géant qui a une origine québécoise et un siège social montréalais, mais dont la présence est surtout internationale, aussi pancanadienne. Le Canada n’accapare aujourd’hui que 17 % de ses effectifs mondiaux passés à plus de 52 000 employés, et 31 % de ses 10 milliards de revenus annuels. Sur les quelque 9000 employés canadiens de SNC 3400, soit 37 %, sont au Québec, 3000 en Ontario et 1000 en Colombie-Britannique, le reste étant réparti entre les autres provinces. SNC est un partenaire du Réseau express métropolitain et un membre du consortium Groupe Signature sur le Saint-Laurent, choisi pour réaliser la conception, la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien du nouveau pont Champlain. Il est aussi propriétaire de Candu Energy, une entreprise de Mississauga revendiquant les réacteurs nucléaires du même nom. Aussi partenaire dans l’autoroute à péage électronique 407 International dans la grande région de Toronto et dans la ligne de transport torontoise Crosslinx Transit, dans l’extension du réseau de métro SkyTrain à Vancouver, un partenaire minoritaire pour la ville d’Ottawa dans la construction de la Ligne de la Confédération. Bref, une dizaine de projets au Canada, essentiellement sous forme de PPP.

Cette présence canadienne ne lui apporte cependant que 31 % de ses revenus annuels et comptait pour 44 % du carnet de commandes d’une entreprise qui, à la fin de 2017, ne tirait que 23 % de ses revenus des infrastructures, contre la moitié venant des secteurs Pétrole et Gaz et Énergie. Quant à l’actionnariat, il se veut plutôt diffus. La Caisse de dépôt est le plus important actionnaire avec une participation de près de 20 %. Suivent, loin dernière, les fonds d’investissement gérés par la Banque Royale (6,2 %) et d’autres gestionnaires institutionnels, dont le Régime de pension du Canada (2,1 %), installés à Bay Street pour la quasi-totalité d’entre eux.

Enquêtes de la GRC

Le dénigrement systématique du Québec par le reste du Canada s’appuie donc uniquement sur l’adresse d’un siège social. Quant à la nature « corrompue » du Québec, il est vrai que SNC est la cible d’accusations criminelles déposées dans le cadre de la Loi sur la corruption d’agents publics étrangers (LCAPE). Ce qui ne consolide pas pour autant le monopole du Québec en matière de corruption transnationale. Selon la liste des enquêtes conclues affichée par la GRC, il appartient à une entreprise ontarienne (Cryptometrics) d’avoir subi le premier procès en vertu de cette loi, adoptée en 1998 et modifiée en 2013. Et d’avoir reçu la première condamnation d’un dirigeant. Toujours selon les données de la Gendarmerie royale, une entreprise de Calgary (Griffith Energy) revendique la plus importante condamnation pécuniaire en vertu de cette loi. Deux autres entreprises albertaines complètent la liste des enquêtes conclues.

Que dire de la présence des minières canadiennes à l’étranger, notamment en Afrique et en Amérique latine ? Et des histoires parfois sombres de corruption reprochant aussi l’utilisation de méthodes d’exploitation aux effets environnementaux, économiques et sociaux douteux ? La multiplication des cas a incité Ottawa à sanctionner la Loi sur les mesures de transparence dans le secteur extractif, en décembre 2014. Au Canada, les sièges sociaux des minières actives à l’étranger sont concentrés à Toronto, à moins grande échelle à Vancouver.