cache information close 

Le Canada menacé par d’autres sanctions américaines contre Cuba

La Maison-Blanche doit signaler, d’un jour à l’autre, si elle entend activer pleinement une ancienne loi adoptée en 1996 pour resserrer l’embargo économique américain contre Cuba.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir La Maison-Blanche doit signaler, d’un jour à l’autre, si elle entend activer pleinement une ancienne loi adoptée en 1996 pour resserrer l’embargo économique américain contre Cuba.

Les entreprises canadiennes et québécoises qui font affaire à Cuba attendent de voir si elles feront les frais de la nouvelle menace que fait peser le président Trump sur le pays des Caraïbes.

La Maison-Blanche doit signaler, d’un jour à l’autre, si elle entend activer pleinement une ancienne loi adoptée en 1996 pour resserrer l’embargo économique américain contre Cuba. Une telle application menacerait, au premier chef, les entreprises étrangères, notamment canadiennes, propriétaires d’actifs à Cuba, mais pourrait s’étendre à d’autres aussi.

Le chapitre III de la loi Helms-Burton, qui renforce l’embargo de 1962, permettrait aux exilés cubains de poursuivre devant les tribunaux américains les entreprises étrangères pour les gains réalisés grâce à des actifs nationalisés après la révolution de 1959. Jusque-là, les présidents américains suspendaient cette clause tous les six mois pour éviter d’entrer en conflit avec les alliés européens, canadiens ou mexicains des États-Unis. Mais Donald Trump menace, depuis un mois, de rompre avec cette pratique et doit indiquer au Congrès américain, d’un jour à l’autre, si la disposition sera appliquée pour la première fois, peut-être dès la mi-mars.

L’histoire est suivie de près par la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie Canada-Cuba, Nancy Lussier. À raison, le Canada étant l’un des premiers pays investisseurs dans l’île et l’un de ses principaux partenaires commerciaux, dit-elle. Les entreprises directement propriétaires d’actifs à Cuba sont « les plus préoccupées ». On les retrouve concentrées dans le secteur des mines, de l’énergie et du tourisme.

Ce n’est pas le cas du voyagiste québécois Transat, qui se contente de transporter des voyageurs par avion dans l’île. « Nous n’avons pas d’investissements à Cuba », a fait valoir par courriel sa porte-parole, Odette Trottier.

Il est vrai que la loi Helms-Burton devait aussi permettre de poursuivre les compagnies tierces, c’est-à-dire n’ayant pas nécessairement d’actifs litigieux, mais faisant affaire avec leurs propriétaires, admet Nancy Lussier. Le mieux est toutefois d’attendre de voir comment tout cela tournera. « Il y a énormément de scénarios possibles. On n’a aucune idée où le gouvernement américain s’en va. Et les entreprises habituées au marché cubain ont appris, au fil des ans, à fonctionner en dépit de la pression de l’embargo américain. »

Appui d’Ottawa et de Québec

On compte cependant sur l’appui des gouvernements. Ottawa avait adopté, dans la foulée de la loi Helms-Burton, des règles mettant les entreprises à l’abri de ses dispositions sur le territoire canadien. Cette semaine, à Bloomberg, on se disait en attente de la décision américaine au cabinet de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, tout en assurant que « nous nous tiendrons toujours aux côtés des entreprises canadiennes ».

Même son de cloche du côté du ministère québécois des Relations internationales, où l’on disait vendredi que « le gouvernement du Québec observe la situation avec attention ».

Disposant depuis novembre 2017 d’une représentation officielle à La Havane, le gouvernement du Québec a entrepris de resserrer ses liens économiques, scientifiques et culturels avec Cuba, il y a quelques années. C’était l’époque où le président américain était Barack Obama et qu’il parlait de rapprochement entre son pays et Cuba.

Avec l’Agence France-Presse