Les géants des technologies dans l’oeil d’un régulateur

L'annonce de la Federal Trade Commission survient alors que s’intensifient, aux États-Unis et dans le monde, les débats sur les géants du secteur comme Google, Facebook ou Amazon, accusés d’être trop puissants.
Photo: Damien Meyer Agence France-Presse L'annonce de la Federal Trade Commission survient alors que s’intensifient, aux États-Unis et dans le monde, les débats sur les géants du secteur comme Google, Facebook ou Amazon, accusés d’être trop puissants.

Le régulateur américain du commerce va affecter une équipe spéciale à la question de la concurrence dans le secteur technologique, quitte à remettre en question des fusions déjà bouclées.

Cette annonce de la Federal Trade Commission (FTC) survient alors que s’intensifient, aux États-Unis et dans le monde, les débats sur les géants du secteur comme Google, Facebook ou Amazon, accusés d’être trop puissants. L’agence officielle a refusé de donner des noms, mais a précisé qu’elle envisageait de réexaminer des opérations passées, avec à la clé des annulations ou des demandes de revente de certaines activités.

La FTC, qui partage avec le ministère de la Justice le rôle d’autorité de la concurrence, examinera « toute la palette des solutions possibles », a indiqué Bruce Hoffman, à la tête du service concurrence de la FTC, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes. Interrogé sur certains dossiers précis, comme le rachat d’Instagram par Facebook en 2012, M. Hoffman a refusé de répondre.

La nouvelle « taskforce » de la FTC comprendra 17 juristes et s’intéressera en particulier à la publicité en ligne (dominée par Google et Facebook), aux réseaux sociaux, aux systèmes d’exploitation mobile et aux « apps » (dominées par Android/Google), et de façon générale à « l’économie des plateformes », une notion qui s’applique à la plupart des entreprises technologiques récentes (réseaux sociaux et économie du partage, type Uber ou Airbnb), a détaillé la FTC.

Cette annonce, qui survient aussi dans un contexte marqué par les critiques récurrentes du président américain Donald Trump contre la Silicon Valley, marque un changement pour la FTC, qui avait en 2013 clos une enquête sur la domination de Google dans la recherche en ligne et la publicité au moment où la Commission européenne enquêtait elle-même sur le dossier.