Devenir indépendant de fortune avant 45 ans

Photo: Catherine Legault Le Devoir Karine Trudeau, Dominique Favreau et leurs trois enfants. Au rythme actuel, le père devrait atteindre l’indépendance financière dans quelques années, avant ses 45 ans.

Comme n’importe quel père de trois enfants, Dominique Favreau fait attention à ses dépenses. La maison, le transport, la nourriture, les jouets, tout y passe. Mais à la différence des milliers de Québécois qui tentent d’économiser pour joindre les deux bouts, ce Lavallois de 36 ans ne compte pas les jours avant sa prochaine paye. Au rythme actuel, il devrait atteindre l’indépendance financière dans quelques années, avant ses 45 ans.

Depuis qu’il a terminé ses études, sa femme Karine et lui sont parvenus à économiser annuellement plus de la moitié de leur revenu familial net de près de 80 000 $. « Après sept ans, on a été capables d’accumuler tout près d’un demi-million d’actif net total », affirme-t-il, sans hésiter à ouvrir ses livres. La recette de leur succès ? Des « choix », et non des « sacrifices », soutient ce gestionnaire dans le réseau de la santé.

Autodidacte, Dominique a rénové le chalet familial de ses mains et l’a revendu à profit. La logique est la même pour leur maison de Laval, dont l’hypothèque est deux fois moins élevée que ce que la banque était prête à leur accorder : il répare tout lui-même.

Presque tous ses meubles ont été achetés usagés ou lui ont été donnés. Il a reçu une voiture en héritage et a acquis sa minifourgonnette à un prix dérisoire dans un encan du gouvernement du Québec.

Écoutez Dominique Favreau qui partage ses trucs pour économiser de l'argent

 

 

Il fait son épicerie chez un grossiste en alimentation et remise des dizaines de pots et des kilos de produits en vrac dans son sous-sol.

« Les gens riaient beaucoup de François Lambert avec son épicerie à 75 $ par semaine. Ce n’était peut-être pas un commentaire super cool, mais on est trois enfants et deux adultes, ça nous coûte 100 $ par semaine et tout le monde mange bien. »

« Je pense que le plus important pour parvenir [à l’indépendance financière], c’est de changer son comportement. C’est-à-dire moins dépenser, donc épargner, et investir l’argent qu’on a sans avoir peur de l’investissement, explique-t-il. Les gens n’ont pas peur de dépenser 1000 $ pour quelque chose qui ne sera plus bon dans un an, mais ils ont peur de mettre 1000 $ en Bourse, qui pourra en fait rapporter 1000 $ ou 1500 $ d’ici cinq ans. »

De plus en plus de Québécois comme Dominique rêvent d’indépendance financière en s’inspirant du mouvement qu’on désigne aux États-Unis par l’acronyme FIRE (Financial Independance, Retire Early). Les exemples varient, mais les principes de base sont toujours les mêmes : vivre simplement, épargner massivement et investir ses économies, généralement en Bourse.

L’histoire du porte-étendard anglophone du mouvement, le blogueur Peter Adeney, alias « Mr Money Mustache » — qui a atteint l’indépendance financière à 30 ans —, a incité Jean-Sébastien Pilotte et sa conjointe Van-Anh Hoang à faire de même. Ils ont pris leur « retraite » il y a deux ans, alors qu’ils étaient respectivement âgés de 39 et 37 ans, et décrivent leur expérience dans l’un des principaux blogues québécois sur le sujet. Un de leurs slogans : « Moins de bébelles, plus de liberté ».

Résister aux tentations

Au début de sa carrière, Jean-Sébastien a d’abord convoité une grosse maison et une voiture sport, mais ses priorités ont changé lorsqu’il a rencontré Van-Anh. Ensemble, ils ont décidé de résister aux tentations de la société de consommation et vivent aujourd’hui avec moins de 30 000 $ par année.

Photo: Courtoisie Jean-Sébastien Pilotte et sa conjointe Van-Anh Hoang ont été inspirés par le blogueur Peter Adeney à atteindre l'indépendance financière tôt dans leur vie.

« On est allés voir la Coupe du monde au Brésil, l’Euro en France, on va dans de bons restos. Pour nous, se lâcher lousse, c’est ça, parce que ça nous apporte du bonheur », souligne Jean-Sébastien, joint au Vietnam, alors que le couple achève un voyage de deux mois en Asie qui les aura fait voir cinq pays.

Tous ne se lancent cependant pas dans l’aventure de la retraite hâtive à visage découvert. Le Québécois de 32 ans derrière le blogue « Retraite 101 » croit qu’il pourra arrêter de travailler dans dix ans, trois ans plus tôt que ce qu’il avait prévu au départ, mais il préfère rester dans l’ombre pour éviter de possibles représailles de son employeur et le jugement de l’entourage.

Un Montréalais de 45 ans qui se présente comme « Mr R » veut lui aussi rester anonyme, même s’il a déjà atteint son but : il est retraité depuis deux ans. En fait, ni sa famille ni sa belle-famille ne sont au courant de son choix.

« Si je disais que je ne travaille plus depuis deux ans, les gens diraient “comment ça ?” », confie-t-il. Ce comptable de formation est donc libéré d’un fardeau financier, mais il ne se sent pas libre d’en parler ouvertement. « C’est dur. Je dirais que socialement, je suis limité. Je n’ai pas beaucoup d’amis à cause de ça, parce que je ne partage pas beaucoup de choses. »

Il assure malgré tout qu’il adore son nouveau quotidien ponctué de randonnées, de lectures ou de siestes. « Je suis heureux, je n’ai aucun regret. »

Avoir une « discipline d’enfer »

La stratégie utilisée par les Québécois qui visent l’indépendance financière à 35, 40 ou 45 ans « tient la route », observe le professeur de finances à l’Université de Sherbrooke Mario Lavallée. « Sauf qu’il faut épargner et il faut avoir de bons rendements, note-t-il. Plus tu épargnes, plus tu vas pouvoir prendre ta retraite jeune, et plus tu commences tôt à épargner, mieux c’est à cause de l’intérêt composé [le rendement sur les rendements passés]. »

« Ce n’est pas tout le monde qui peut faire ça. Ça prend une discipline d’enfer », précise-t-il.

En plus d’être disciplinés, les jeunes retraités actuels ou en devenir doivent faire face aux critiques de ceux qui les accusent de faire un choix égoïste en quittant le monde du travail si rapidement. « Je ne prévois pas d’avoir une retraite passive. Je veux redonner le plus que je peux à la communauté tout en passant plus de temps avec ma famille et mes amis », répond le blogueur de Retraite 101.

« Je ne veux imposer mon mode de vie à personne, mais je veux offrir une option à ceux qui cherchent une alternative à la surconsommation, à la vie souvent aberrante qu’on mène, et leur permettre d’être heureux », renchérit Jean-Sébastien.

Dominique Favreau, lui, trouve son bonheur dans le travail et il n’a pas l’intention de quitter son emploi s’il devient indépendant de fortune. « Ce sera une façon de vivre la vie avec un immense parachute et de me lancer dans le vide dès que j’en aurai envie. »

La recette FIRE

Épargner massivement, généralement entre 40 et 60 % du revenu net, en ciblant surtout l’habitation, le transport et l’alimentation.

Investir l’argent économisé (plusieurs investissent dans des fonds négociés en Bourse, dont les frais de gestion sont très faibles).

Conserver un niveau de vie modeste après la retraite (souvent entre 30 000 et 40 000 $ de revenu familial net).


À voir en vidéo

Consultez la suite du dossier

Un projet de vie

Chronique Reste l’acceptation des conséquences et des risques.