Quand préfabriqué rime avec «maison d’architecte»

Marie-Hélène Alarie Collaboration spéciale
Le cabine écologique Refuge S400 de Para-sol
Photo: Para-sol Le cabine écologique Refuge S400 de Para-sol

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Elles sont belles et très tendance, abordables et surtout écologiques. Les maisons d’architecte en kit d’Écohabitation font leur entrée sur le marché des maisons préfabriquées.

Elles sont tentantes, ces maisons préfabriquées, avec leur allure contemporaine et leur coût abordable. Et il n’est pas rare de voir des autoconstructeurs se tourner vers celles-ci quand vient le temps de bâtir une habitation à l’extérieur de la ville. Mais aujourd’hui, nombreux sont les acheteurs qui recherchent des maisons saines, écologiques et écoénergétiques sans pour autant sacrifier une architecture ni un design innovants.

Écohabitation est un organisme indépendant qui accompagne les particuliers — et les professionnels — dans la réalisation de leur projet de construction durable. Après s’être lancé en 2015 dans la construction de la maison Edelweiss à Wakefield, qui allait devenir la première unifamiliale certifiée LEED V4 Platine au Canada, l’organisme recevait régulièrement des demandes pour les plans de la construction.

Du préfabriqué nordique

C’est donc tout naturellement qu’est venue l’idée d’offrir à sa clientèle des plans et des kits conçus par des architectes et parfaitement adaptés au climat québécois. Mais la volonté première était surtout « de donner accès à l’habitation écologique à un prix abordable et comparable à d’autres maisons préfabriquées. On voulait que les maisons soient belles et qu’elles représentent notre nordicité », lance Camille Ouellette, chargée de projet chez Écohabitation. L’organisme met en valeur le travail des architectes québécois tout en démocratisant l’accès à des habitations où le design est mis en avant.

Photo: Para-sol Vues de la résidence unifamiliale Éco-Habitat S1600 de Para-sol

Lancés le 4 février dernier, les premiers kits sont déjà disponibles, dont ceux de la firme Para-sol architecture en collaboration avec Développement et Bâtiment Pré-Fab inc. Et c’est bien ici le concept des kits écohabitation : « On a voulu jumeler un architecte et un constructeur afin qu’ils développent et intègrent les bonnes pratiques de la construction écologique à leurs plans », explique la chargée de projet. Tous les kits visent la certification LEED.Si ce type de construction existe déjà au Québec, Écohabitation y « apporte le volet architecture et design qui bonifie la maison préfabriquée de base », ajoute-t-elle.

Ici, toujours dans le but de simplifier le processus, Écohabitation a voulu que les clients ne fassent affaire qu’avec un seul intervenant, et ce sera le constructeur. « Notre rôle dans ce projet est de faire office d’intermédiaire, de fédérer les professionnels et de faire en sorte que l’architecte et l’usine travaillent ensemble à mettre sur pied des plans et de nous les soumettre », précise Camille Ouellette.

Simplifier la maison écologique

David Giraldeau, architecte et designer industriel, est cofondateur avec Alexandre Guilbeault de la firme Para-sol. Ils ont immédiatement été séduits par le projet d’Éco-Habitation : « Depuis qu’on a fondé notre entreprise, on a toujours mis de l’avant l’idée de plans déjà conçus clés en main », raconte David Giraldeau pour qui la conception d’une maison écologique n’apportait pas vraiment de contraintes supplémentaires : « Il est possible de rendre une maison écologique tout simplement en changeant les composantes de certains éléments », ajoute-t-il.

Par exemple, dans une construction traditionnelle, l’épaisseur des murs sera de 12 pouces, alors que dans le modèle Éco-Habitat S1600, les murs mieux isolés font 18 pouces. Les fenêtres possèdent du triple vitrage au lieu de la norme qui demande un double vitrage. « Ce ne sont pas des contraintes difficiles à intégrer », affirme l’architecte. Ici, la fenestration côté sud est maximale pour permettre au soleil de réchauffer l’espace en hiver, alors que des brise-soleil procurent une certaine fraîcheur durant l’été.

Dans les prochains mois, d’autres kits seront mis sur le marché : un duo L. McComber et Énergéco avec une habitation multilogements, le Studio MMA et Batiment Pré-Fab inc. proposeront l’Abri, une maison de campagne à plusieurs variantes et Maryse Leduc collaborera avec Adam Lumber inc. Pour offrir une maison classique. On retrouvera PARA-SOL cette fois en compagnie d’Énergéco pour le Refuge S400 avec son design compact.


Tout sur le préfabriqué

Si les maisons préfabriquées font jaser, elles font aussi naître des craintes, ou à tout le moins, certains questionnements. Voici quelques réponses à nos interrogations :

Maisons traditionnelles ou préfabriquées, quelle est la différence ? La réalité, c’est qu’aujourd’hui, la majorité des maisons possèdent des éléments préfabriqués qui seront assemblés sur place. Il existe deux types de constructions préfabriquées : la modulaire, qui est complètement construite en usine et qu’on achemine sur le site où seront achevées les finitions intérieures, et l’autre type, constitué de panneaux et d’une charpente, qui sera assemblé sur place.

Les coûts d’une maison préfabriquée Conçues pour la classe moyenne, les maisons écologiques d’Éco-Habitation se veulent abordables. Difficile toutefois de donner des prix avec précision puisque chaque projet pourra refléter les choix des acheteurs en matière de finitions, d’implantation et d’aménagement. Toutefois, le prix au pied carré du modèle Éco-Habitat S1600 tourne autour de 180 $. Un prix tout à fait abordable quand on considère que ce même pied carré dans une maison d’architecte traditionnelle peut atteindre les 300 $. De plus, comme elle est écoénergétique, à long terme la maison sera peu coûteuse à entretenir.

À qui s’adresse le concept ? Les kits sont destinés aux particuliers. La maison pourra être livrée clés en main, mais un autoconstructeur pourrait choisir d’entreprendre lui-même la finition intérieure.