Les PME se méfient de la taxe sur le carbone

<p>Les résultats du sondage de la FCEI laissent penser que la plupart des PME ne seront pas en mesure de transférer les nouveaux coûts à leurs clients.</p>
Photo: iStock

Les résultats du sondage de la FCEI laissent penser que la plupart des PME ne seront pas en mesure de transférer les nouveaux coûts à leurs clients.

Plusieurs des petites et moyennes entreprises qui seront prochainement soumises à la taxe fédérale sur le carbone craignent de ne pas pouvoir refiler l’essentiel des coûts supplémentaires à leurs clients, suggère un nouveau sondage publié mardi.

Le sondage en ligne a été fait auprès de 3527 membres de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante dans les quatre provinces — la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick — qui devront se plier au système de tarification du carbone du gouvernement Trudeau à compter du 1er avril. Le groupe s’est fermement opposé au plan de taxe fédérale sur le carbone, craignant qu’il ne génère trop de coûts pour les PME. En fait, plus des deux tiers des entrepreneurs interrogés n’appuient aucun programme de tarification du carbone.

Ottawa affirme que 90 % des recettes de la taxe sur le carbone perçues seront reversées aux ménages de chacune des quatre provinces. Les consommateurs obtiendront de loin la plus grande part, parce que le gouvernement s’attend à ce qu’ils paient en fin de compte la plupart des nouveaux coûts refilés par les entreprises.

Les résultats du sondage de la FCEI, mené en novembre, laissent penser que la plupart des PME ne seront pas en mesure de leur transférer les nouveaux coûts. En d’autres termes, ces entreprises subventionneront le programme de rabais pour les ménages, a indiqué le rapport. Environ 80 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles ne pensaient pas qu’il leur serait facile de refiler les coûts à leurs clients. Le sondage révèle que 55 % des personnes interrogées ne prévoyaient pas de transférer les coûts supplémentaires, tandis que 25 % ont déclaré qu’elles ne pourraient en refiler que moins de 25 %.

La taxe sur le carbone imposée par les libéraux a suscité un intense débat politique dans tout le pays et devrait devenir un enjeu de campagne clé lors des élections fédérales d’octobre. Le gouvernement libéral a soutenu que la pollution coûte déjà beaucoup plus cher à la population canadienne, car les coûts associés aux phénomènes météorologiques liés aux changements climatiques ont grimpé à plus d’un milliard de dollars par an. Les libéraux croient que la tarification du carbone, qui existe depuis des années dans des provinces comme la Colombie- Britannique, le Québec et l’Ontario, est l’un des meilleurs moyens de réduire les émissions.